Amnistie générale d`abord dans le cœur de tous les haïtiens

Moments de prière en assemblée

De nos jours il n`est pas rare de voir les gens proposer la prière en groupe avant d`entrer en réunion d`affaires. Cela ne veut-il pas dire que certaines dispositions obligent le devoir spirituel et moral ? Et nul ne rechigne ouvertement lorsque cela arrive.

On se garde d`objecter parce que non seulement il n`y a rien de mal à le faire, mais surtout, contre tout artifice, la prière est la réponse universelle à toutes les questions. Que l`on soit ange ou démon, à un moment de la durée on finit par reconnaître que sans l`être suprême les choses nous glissent entre les doigts.

Donc, puisque nous obtempérons devant l`incontournable, n`aurions-nous pas droit à la grâce durant ce moment d`humilité, de nous pardonner d`abord et ensuite de demander à Dieu de le faire pour nous ?

La  » Grande Conférence Nationale  » évoque ce principe d`humilité, et demande à tous les haïtiens d`accepter l`Amnistie générale comme le plus grand moyen de se soustraire à l`esclavage mental que Franklin Delano Roosevelt avait conçu pour eux.

Donnons-nous l`amnistie et réclamons de nos dirigeants qui n`auront jamais le courage de le faire eux-mêmes, de proclamer l`Amnistie générale sur tout le territoire national.

Nous savons que certaines dispositions doivent être prises pour sa réalisation pleine et entière, mais le premier pas sera fait pour libérer notre conscience des chaines de l`oppression.

L`amnistie générale que nous réclamons s`adresse aux condamnés. En ce qui à trait aux condamnables, la justice des hommes et celle de Dieu peuvent décider de leur sort. Ainsi, à tout un chacun de choisir la voie du bien ou du mal alors que les hommes leur auront donné une chance de voir la lumière au bout du tunnel.

Voilà notre première démarche pour  » la Grande Conférence Nationale . »

 

Je Plaide

15 novembre 2017

Mike Joseph