Politique stratégique de DEFI face à la Stratégie politique

Souvent, le meilleur moyen d`éteindre un obstacle est de le contourner. Souvenez-vous du combat des Horaces et des Curiaces :

D’après la légende, les Albains furent tous les trois blessés rapidement et deux des Romains tués. L’Horace survivant, Publius Horatius prit la fuite, poursuivi par les Curiaces blessés. Mais ceux-ci ne le rattrapèrent pas en même temps, ce qui permit à l’Horace de les tuer l’un après l’autre.

 

La politique telle que conduite et pratiquée en Haïti, est le principal obstacle à l`émancipation du peuple haïtien. Celui ou celle qui pense sincèrement à la réhabilitation de notre société doit indubitablement s`ouvrir à des alternatives sensées de solutions.

Pourquoi s`affairer à sauver un lièvre capturée par des lions quand déjà ils l`ont entre les dents ? S`il reste encore un moyen de le sauver, il n`est pas dans l`affrontement. Surtout quand on ne les a pas ces moyens là.

Il existe plein d`autres façons de le libérer. La diversion, l`illusion, un appât plus attirant mais pas nécessairement coûteux autant que la vie de ce lièvre, sont des alternatives qui mériteraient d`être mises en cause.

Parmi ces alternatives, DEFI a choisi de privilégier le verbe et l`action civique. Les deux, mis en commun, sont le pilier sur lequel l`avenir d`Haïti pour nous est fondé.

En référence à la création du monde, il est dit :  » Au commencement était le verbe (la parole), et le verbe s`est fait chair (action).

Tout citoyen a le droit de se procurer ce dont il a besoin. La société civile composée de toutes et de tous, doit reconnaître et promouvoir ce droit, à travers des actions concrètes, individualisées et assistées. Voilà notre DÉFI.

L`Etat est là pour réguler ces besoins exprimés, les protéger, les encourager et les administrer. Il ne peut pas agir contre eux. C`est dans notre esprit que avons installé le réflexe que l`Etat est contre nous, ce qui est devenu une mentalité chronique car tout Etat est issu de sa société civile. Si l`Etat est malade tout le corps social est malade. Il n`y a pas de prétexte à prendre, voulant que l`Etat soit malade alors que les citoyens sont en bonne santé mentale. Cela me rappelle l`histoire du fou qui disait à qui voulait l`entendre,  » je suis fou mais je ne suis pas imbécile.  »

Ils veulent nous faire croire, ceux qui ont intérêt à le faire : que nous sommes fous et imbéciles à la fois. Et nous nous sommes laissés prendre dans ce piège, comme des moutons de panurge. A la vérité, il n`y aucune différence.

Si nous avons été assez fous pour croire aussi longtemps, que ces lions de tout acabit allaient nous laisser avoir même une part infime de leur proie, ne soyons plus des imbéciles à jouer à l`affrontement. Au point où sont les choses, ils savent comment nous endeuiller. Les pertes subies étant trop importantes, faisons en sorte de ne plus subir de dommage. Embrassons la voie de sagesse qui invite à reculer pour mieux sauter.

Cela ne fera de mal à personne. Au contraire, le repli de notre part peut être considéré comme un sauvetage, et certains d`entre eux iront voir ailleurs si le recul est considérable. Entre temps, nous pourrons cultiver (ce que nous avons cessé de faire depuis trop longtemps); reconstruire la famille qui n`a plus de refuge; avoir de l`eau potable à partir du robinet ( pas dans un sachet ou une bouteille ); concerter pour l`avenir et produire tout ce qui fera de nous des citoyens à part entière. Voilà notre DÉFI.

A suivre.

 

Je Plaide

22 avril 2018

Mike Joseph