Les deux royaumes : le ciel aux anges, la terre aux dieux

La félicité, le paradis, les anges volants ou flottants; un monde tout blanc, tout de blanc, sans costume, pas un indice de noirceur, sans tache, limpide. Voilà comment se présente le royaume de Dieu dans le ciel.

L`homme, le vent, la pluie, les ouragans, les volcans, les inondations, le feu, le vol, la trahison, la politique, les assassinats, le crime, la jalousie, le mensonge, le péché, la haine, la gourmandise, l`horrible, les ténèbres, l`hypocrisie, la démence, la folie; tout ce que l`on peut décrire comme misère et souffrance ne se trouve que sur la terre – l`autre royaume, celui des hommes; le mal dans toute sa gloire. Ses princes brillent de pouvoirs et d`opulence; autant que les anges du paradis, ces anges volants qui annoncent le retour du messie, au son de la trompette que l`on entend pas encore mais qui souffle dans notre imaginaire le jour de la résurrection.

Deux mondes séparés et superposés. l`un prescrit la volonté de Dieu, l`autre incrédule demande des garanties.

La création ? ce ne peut être indiscutablement qu`un Big Bang.

Le ciel est stable, imperceptible et calme; la terre est trouble et confrontée au perpétuel changement.

Dans le royaume de Dieu, les hommes qui ont quitté la terre sont appelés à devenir des anges. Juste après la mort, quand ils ont fini de vivre leur moment de jugement pour ce qu`ils ont vécu, les tourments de l`enfer qu`ils n`ont pu éviter, ils vont au purgatoire pour expier leurs fautes. Ils s`en vont pour toujours et ne reviendront pas, même pour nous dire un peu comment çà se passe la haut. Ils ne peuvent ou ne veulent s`échapper, le temps d`un petit voyage pour nous dire comment faire et de ne pas avoir peur, car dans le ciel de Dieu le feu ne consume pas.

Quand on laisse ce royaume c`est une voie unique qui s`ouvre, sans détour ni retour vers le lieu de nos entrailles.

Dans notre imaginaire a t-on le droit de vivre loin de ce royaume lointain qui tôt ou tard nous appelle, contre notre volonté, malgré notre courroux à douter d`un quelconque mieux-être, puisque personne n`est revenue nous dire ce qu`il en est de cette soit-disant absolue vérité.

Vivez dans votre royaume sans penser au deuxième, mais soyez prudents au cas où il existe vraiment, et ne faites pas de mal pour qu`il ne vous suive pas.

Adieu à ceux que j`aime, ainsi qu`a ceux qui m`aiment; au revoir pour toujours, si ce n`est que parjure.

 

Je Plaide

06 juin 2018

Mike Joseph