Haïti, un pays déterminant, un peuple déterminé

Telle est une loi de l`instinct :  » Celui ou celle qui a l`habitude de porter un chapeau voudra toujours en porter . »

Pour le déterminant, les intéressés ont déjà par mégarde laissé fuiter les trésors souterrains d`Haïti ; En tant que déterminés , il est facile pour nous de vous dire la température du dispositif dans la volonté de vivre pleinement.

Cela a pris du temps. Après tous ces coups bas venant d`un peu partout, de notre origine à aujourd`hui, avant que le jour se lève enfin dans notre ténèbre, ceux(elles) qui portent en eux(elles) la résonance du tambour et du lambi n`ont jamais perdu le sens du combat pour la victoire. De gré ou de force, malgré les compromis, nous n`avons jamais cessé de regarder l`avenir avec les yeux de nos libérateurs. D`entre ceux qui ont essayé après eux de tenir la barre nous avons tous commis beaucoup d`erreurs mais, quelque part, ces faiblesses collectives ont contribué à l`essor du moment pour que plus jamais nos flans soient grands ouverts aux vœux de nos ennemis communs. Ce poison qu`ils ont engendré dans nos rangs a perdu de sa substance et s`est retourné contre eux. Les choses sont en train de changer à vue d`œil sur la planète. Pour nous aussi. Mais de notre côté, les plaies sont tellement grandes qu`il faudra attendre encore un peu avant de voir les résultats de ce changement. Notre résistance et détermination, quoiqu`elles paraissent effacées, dans la crasse, la misère et la honte, demeurent intactes depuis les premiers temps. Les Leurs, agressives et véreuses, perdent de leur emprise dans le précepte annoncé :  » Les premiers seront les derniers, les derniers seront les premiers. »

Le goût de la liberté est indomptable. Ce n`est pas une attitude occasionnelle, elle est viscérale. Quel que soit le coup reçu, ce goût refait surface et terrasse son adversaire.  » Tout corps plongé dans un liquide reçoit une poussée verticale, qui s`exerce de bas en haut, et qui est égale au poids du volume de liquide déplacé.  » donc ils flottent. Principe d`Archimède. Profitons-en !

A la veille de ce grand jour où toutes les forces de la nation sont appelées à se converger, vers le destin commun, la vie réelle, enfin, la prise en charge de nos valeurs héréditaires devient concrète. A chacun sa place, sans détour. Et nous voilà en marche vers le lieu désigné par nos libérateurs.

Le temps de mettre les choses au point, le règlement des comptes , les jours A du jour J, pour aboutir à l`amnistie que nous réclamons, une amnistie sociale, politique et économique ; Haiti sera redevenue la perle des Antilles.

Poursuivons la route du DEFI, aux côtés des hommes et des femmes déterminés(es) à lever le rideau ; pour un pays rempli de vies où les hommes et les plantes , l`océan et le ciel chanteront des louanges. Nos frères et sœurs trop nombreux dans l`absurde, dans la gêne ; chétifs et affamés, comprendront eux aussi, et prendront leur courage à deux bras, cette fois-ci, après avoir trop longtemps attendu,  pour nous aider à soulever le glaive contre les avatars. Libérés de leur handicap, ils prendront la relève afin d`assurer que plus jamais les générations futures ne soient prises au dépourvu par des mercenaires de tout horizon. Particulièrement les nôtres. Le fardeau de la négritude sera désormais amoindri.

Serait-il encore trop tôt pour nous de rendre hommage à ceux et celles qui ont sacrifié leur vie, celle de leur famille et de leurs enfants pour cette Haiti qui se dessine à nos yeux ? Je ne crois pas. De ce pas, faisons preuve de conséquence et de compétence, citons-les :

(Certains seront blessés(es) par notre candide reconnaissance, d`autres en seront édifiés, mais la souffrance endurée par cette marque délébile, pourtant devenue indélébile par peur de devenir la coqueluche ou l`entorse de quelqu`un, une cible à ciel ouvert ; nous permet de dire la vérité sur nos personnages historiques, pour ce qu`ils ont été dans une vie humaine où la politique n`a fait que détruire les hommes. Ils demeurent, bon gré mal gré, des symboles de luttes et de courage. Et nous portons l`entière responsabilité de le dire haut et fort à qui veut l`entendre.)

Des plus connus aux plus récents, toujours empoisonnés par la sève maudite, le liquide glissant de l`occupant, le chantage étau des sangsues mécaniques, ils méritent d`être cités parce qu`ils ont fait de leur mieux. Même dans le crime, souvent imposé.

De Dumarsais Estimé, en passant par Paul Eugène Magloire , deux figures connues mais comme toutes les autres châtiées par l`ingratitude et le désespoir du patelin ; de François Duvalier-Tyran, peut-être à juste titre,  à Jean Bertrand Aristide-chef des chimères obligés, nonobstant la bamboche démocratique avortée de bébé-doc, fils du tyran, et des militaires suppléants, Ils méritent tous leur salut de passage. Nous n`attendrons pas comme des hypocrites et opportunistes qu`ils soient morts pour leur dire, pas bravo, mais merci d`avoir engagé la lutte selon leur capacité et la limite de leurs moyens.

Mis à part les nombreuses erreurs de nos dirigeants, ils demeurent des dignes fils d`Haiti. Et nous leur sommes reconnaissants pour le combat qu`ils ont mené. Pour ceux qui ont commis et commettent encore des crimes dans l`histoire actuelle, récente et passée, la nature se chargera de leur peine, mais ils sont tous notre propriété humaine et politique. Assumons-les en tant que tel. Nous savons de quoi nous parlons, vu le temps que nous avons dépensé dans ces luttes et le degré d`abstention de ceux et celles pour qui nous menons le combat. Les plus dévoués à discréditer ceux qui essaient de renverser la vapeur, ils sont en vérité trop nombreux, se trouvent dans les rangs des aveugles volontaires qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez.

Ce passage souvent obligé, par contrainte ou choix délibéré, selon que vous et moi nous ayons reçu l`appel de la conscience patriotique, ferait de nous aussi, encore vous et moi, des chimères aux yeux de nos frères et sœurs encore colonisés. Nous n`avons rien à apprendre à personne sur le formatage du cerveau d`un peuple prétendument décolonisé. La nature enseigne et confirme. Nous sommes encore entre l`enclume et le marteau.

Vous êtes tous des héros, Mesdames et Messieurs.

En avant frères et sœurs de la liberté !

VIVE HAITI !

 

Je Plaide

31 août 2018

Mike Joseph