La Nation haïtienne est une et indivisible

Discours de DEFI pour le nouveau paradigme

Il nous est offert l’occasion aujourd`hui de saluer tous les membres de la société civile haïtienne, et pour mieux dire, tous les membres de la société haïtienne à l`intérieure et en dehors d`Haiti. Sous un nouveau jour, la souffrance endurée depuis deux cents quatorze ans est en cours d`extinction. Elle cède la place à un autre paradigme, plus intelligent et plus généreux, pour lequel de sérieuses considérations devraient nous permettre d`aboutir à un changement et certainement à un mieux-être. Tout doit être décidé par nous maintenant. Jurons en cet instant , de ne plus laisser nos murs écartés et nos flans ouverts,  aux ennemis de la liberté. Aux éternels conspirateurs, nous leur disons de changer leur fusil d`épaule, car ils viennent d`assister à la défaite de leur poulain, et que bientôt s`ils ne parviennent à temps à nous convaincre qu`ils sont désormais des défenseurs zélés du bien-être de toute la population, ils seront pourchassés jusqu`a leur dernier rempart. Tous, soyons plus forts et déterminés dans le combat citoyen, tout en observant de près les autorités qui doivent désormais savoir qu’elles sont au service de la nation pour laquelle elles ont été nommées ou élues. Il n’est plus question de laisser aux ressortissants des pays soit disant amis, le soin et les moyens d’imposer leurs hommes de mains au timon des affaires et à la tête du pays. Il n’est non plus question de donner accès aux élections, aux instances étrangères, tout simplement parce qu`ils offrent une assistance financière. Qu’ils gardent pour eux leur argent s’ils ne veulent pas fonctionner sur une base d’échange. Car nous avons plus à leur offrir qu’ils ne sont prêts à nous en donner. Messieurs, mesdames les Ambassadeurs des pays amis, Haïti est une terre de liberté où des hommes se sont battus pour enterrer un passé honteux et dénigrant. Nous espérons que vous aurez le courage d`accepter que les citoyens d`Haïti ne veulent plus vivre selon les autres mais selon les prescrits de ceux et celles qui se sont battus pour leur procurer la liberté dont ils sont si fiers. Soyez les bienvenus chez nous si vous êtes des hommes libres ayant la vocation de partager la seule richesse universelle que possède l’humanité dans l’esprit de chaque homme. Mais restez chez vous si vous avez en tête d’exécuter des ordres qui soient contraires à nos conquêtes historiques. Vous avez là un DEFI que vous ne pourrez jamais vaincre si les principes de liberté que nous avons établis depuis le 02 janvier 1804 ne font pas partie de votre agenda. Peuple haïtien, profitons de cette grande ouverture du moment pour rappeler au monde de quelle matière nous sommes conçus, et que notre détermination à changer la nature des choses est sans appel.

Notre DEFI à nous, à vous, au peuple haïtien et à tous ceux et celles qui sont appelés à nous accompagner dans la voie du changement, Il se donnera la peine de partager et négocier les immenses ressources que possède chacun de nos frères et sœurs, les comptabilisera, et fera tout ce qu`il lui est possible de réaliser, afin que ces ressources soient exploitées à bon escient. Le peuple haïtien a tout pour être une nation à part entière, libérée des influences et préjugés d`ingérence. Nous n`avons aucunement besoin de copier sur les autres, ni de leur participation hypocrite et trompeuse. Nous ne voulons point être quelque chose que nous ne serons jamais. Notre point de vue en termes de civilisation, passe par l`autonomie d`abord et la coopération ensuite. De ce fait, nous avons jugé plus utile, qu`avant de faire des routes, nous devons penser à permettre à la population de s`approvisionner en eau autant qu`elle le voudra pour satisfaire ses besoins ordinaires. Chez nous, contrairement à ce qui se passe sur presque toute la planète, comme élément manquant parmi les quatre éléments essentiels que la nature nous a prescrits, l`eau se trouve à deux pas de nos pieds mais n`est pas exploitée. Que faisait l`Etat haïtien, que fait l`Etat haïtien depuis tout ce temps pendant que ses citoyens vivent dans la crasse et dans la malpropreté. Comment pouvons-nous demander à une population de garder une ville propre quand il n`a pas d`eau même pour se laver ? C’est bien d’avoir des routes pour le développement, mais c’est mieux d’avoir l’eau, qui vient avant le développement, pour le bien être de l’homme. Chers concitoyens, chers concitoyennes, les multinationales impérialistes nous imposent la logique des routes pour mieux nous exploiter ; imposons leur l’urgence de l’eau qui correspond à notre bien être immédiat. Haïti peut vivre encore mille ans sans route, mais ne peut vivre un jour de plus sans eau. Haïti meurt parce que le citoyen n’as pas accès à l’eau pour se laver, se nourrir et lutter contre les maladies naturelles et importées. Tant que chaque citoyen n’as pas accès à l’eau courante et à l’eau potable aucune autre priorité ne devrait être considérée. L’autosuffisance alimentaire, la santé et le bien-être de la population dépendent et passent de/par l’eau. Nous, du coté de DEFI, nous allons faire en sorte que l’éducation civique, sociale, raisonnable et technique de la population soit garantie par l’implication des haïtiens formés dans toutes les matières ayant rapport à une vie décente.

Du coup, notre disposition à travailler avec tous, surtout avec les médias, est totale et majeure. Mettons-nous ensemble pour véhiculer des valeurs correspondantes à notre bien être collectif d’abord, ensuite occupons-nous de la politique avec toute notre ferveur habituelle, une fois que les problèmes de l`heure au niveau de la politique soient partiellement réglés. C`est-à-dire que des ouvertures soient faites pour un changement de régime, celui-ci à venir dans le plus bref délai, plus approprié pour un changement définitif. Il n’est pas normal pour un pays qui ne peut pas se nourrir, que tout le monde s’occupe autant de la politique. Aux politiques la politique, aux citoyens le social ! De toutes les façons, ventre affamé n’a point d’oreille. Depuis tout ce temps si les discours et paroles, généreusement distribués par les médias, nous étaient de quelque secours sur le plan alimentaire, la nation ne serait pas à ce point affamée et perdue. Il faut tous et toutes reconnaître que nous avons échoué dans notre mission sociale et politique, que le temps est venu de recommencer à zéro.

Pendant que vous les politiques, vous pensez à votre révolution politique, DEFI et le reste de la population, nous nous occupons de la révolution sociale.

Réclamons de l`Etat qu`il instaure un système où il sera établi une preuve, un certificat de bonne vie et mœurs pour tout citoyen appelé à servir la population dans l`administration publique. Quoique les vraies valeurs d’un homme se situent nécessairement dans le cœur et non dans les diplômes, pour le changement de paradigme, nous du côté de DEFI, nous exigeons un diplôme en savoir vivre et savoir faire, au moins, en investiguant auprès des membres du quartier ou de la ville où vit ou a vécu celui ou celle qui est appelé à servir dans l’État. Le désordre observé et accumulé au niveau de l’ administration publique est thématiquement le reflet de l’instinct individuel de ceux et celles qui la composent. Dans cette réforme administrative proposée, nous ne demandons point la révocation, mais la réévaluation des responsables, de façon à les placer là où ils auraient le plus de compétence. Encore une fois, nous réclamons l’Amnistie générale. Elle n’est pas adressée aux condamnables mais aux condamnés. Les autorités actuelles au niveau des trois pouvoirs doivent prendre leur responsabilité en donnant immédiatement la preuve qu’elles sont les maîtres du jeu et à la hauteur de leur tache. Sinon, la société civile se chargera de leur sort. Quelle que soit le grade ou le titre octroyé à un tel ou une telle, si aucune des instances politiques ne peut lui attribuer honneur et mérite pour le travail accompli, la société civile à travers DEFI et les organisations affiliées prendront toutes les dispositions pour que celui-ci ou celle-là soit demis de ses fonctions.

Dans tous les domaines il faut une remise en question. Particulièrement Il faut le renvoi du chef de l`Etat et de tout le gouvernement.

Tel que suggéré par DEFI, un gouvernement de salut public doit prendre la relève pour favoriser le changement de paradigme.

Aucun changement ne pourra se produire avec ces hommes issus des élections passées.

 

Plaidons ensemble pour la bonne cause.

04 septembre 2018

Mike Joseph