DEFI Editorial

Conviction et radicalisation pour un nouveau paradigme

SVP. Cette plaidoirie ne s`adresse point à une personne en particulier. Ne la personnalisez pas. Nous travaillons à atteindre une conscientisation globale sans complexe ni préjugé. Il est certain que durant ce processus il sera utilisé des artifices qui ne plairont pas, et que plus d`un voudront se venger par orgueil, mais, à la guerre comme à la guerre, si c`est le prix à payer nous le paierons.

La société haïtienne, tout secteur confondu : l`individu, les classes sociales, le travail, les institutions, la paysannerie, le gouvernement, l`Etat, et même les haïtiens vivant à l`étranger – ce qui parait incroyablement drôle – nous sommes toutes et tous pris en otage par un système, où chacun fait semblant de vouloir se libérer mais se trouve incapable de faire l`effort ou le sacrifice approprié pour y arriver.

Chacun, pris en otage par le nombril, ne sachant pas comment faire dans son ego d`esclave consenti et résigné, se donne des grands airs face à l`oppression systématique, et utilise toute sorte de prétexte pour cacher son impuissance et sa laideur. Sa réaction automatique est de toujours se battre contre lui-même et tous les autres, tout en devenant complice malgré lui de son état et sa situation d`éternelle victime.

Il est vrai que la nature originelle de notre société favorise un ensemble de comportements extrêmement difficiles à abattre, vu les séquelles profondes de l`esclavage, mais de là à ne plus pouvoir se réveiller, comme l`ont fait les libérateurs d`Haïti dans des moments encore plus critiques par rapport à aujourd`hui, il est temps de se poser de sérieuses questions. Il est vrai aussi que l`étranger, le colon, soit toujours présent dans nos murs et au loin, d`où il commande ses bourreaux mécaniques, qu`il n`a pas grand-chose à faire pour toujours nous tenir égarés ; alors qu`en est-il de ceux qui se sacrifient jour et nuit pour nous montrer la voie de la résistance et de la libération ?

DEFI, ayant compris en partie la gravité de cette maladie socio-congénitale du peuple haïtien, réclame à cor et à cri, en urgence, la mise sur pied d`un organe capable de l`accompagner vers une cure de désintoxication afin que le mal soit extirpé.

Trop longtemps déjà, les maîtres de notre destin, quoique défaits dans nos combats sanglants, sont revenus plus forts et nous ont placé dans un système de défense aléatoire, l`Etat, un Etat haïtien croupion monté pour nous tenir prisonniers de nos gloires d`indépendance. Nous voilà à ce point devenus presqu`insensibles à toute forme de violence exercée sur notre dignité nationale conquise au prix de grands sacrifices. Permettez l`expression car si ce n`était pas le cas, à ce stade de pourriture dans laquelle nous nous trouvons, même dans la forme une autre révolution aurait du se produire.

Aucun gouvernement né de cet Etat, ne peut ni ne pourra jamais répondre aux aspirations légitimes du peuple haïtien, et ne pourra jamais non plus soigner les blessures causées par l`inquisition et l`ingérence des éternels violateurs des droits de l`homme. Est-ce pourquoi, DEFI réclame d`urgence l`ouverture des débats sur la Grande Conférence nationale, table déjà dressée par le feu docteur Turneb Delpé, où peut se dessiner et réaliser techniquement un autre avenir pour le peuple haïtien.

Ces débats engagés, discutés et rediscutés à volonté, résolus et appréhendés, sont la seule garantie d`une prise de responsabilité citoyenne à l`égard de la nation. Notre situation dépasse le stade de dialogue, même quand nous pourrions considérer celui-ci comme une ébauche à la réussite et mise sur pied de l`assemblée ayant pour objectif immédiat l`ouverture et l`inauguration de la Grande Conférence Nationale haïtienne.

Notre façon de voir et de regarder l`ensemble et l`ossature de la société haïtienne est trop restreinte par rapport aux solutions à appliquer. Il faut non seulement une prédisposition à la concertation, mais aussi une disposition à toute épreuve, à se dépasser, pour aboutir à une cohérence mathématique de solutions pratiques et appropriées.

Actuellement il n`y a pas de pouvoir d`Etat en Haiti. Il n`y a qu`un pouvoir de façade qui ne peut répondre à aucun des multiples besoins du peuple haïtien. Qu`allons-nous faire ? rester toujours les bras croisés et attendre que le blanc décide avec quelle nouvelle structure esclavagiste moderne il va nous enculer ? Comment pouvons-nous tolérer que notre pays puisse vivre sans un pouvoir d`Etat réel ?

Encore une fois, il est urgent, depuis hier, de prendre le taureau par les cornes (l`Etat haïtien), ensemble, et le forcer à rentrer dans l`étable. Aucun gouvernement ne va le faire pour nous, car il sera toujours au service d`un autre patron. Seul un gouvernement de salut public, consolidé par une assemblée technique comme la grande Conférence Nationale Haïtienne, peut définitivement atteindre un tel degré d`objectivité et consacrer les idéaux révolutionnaires et libérateurs de notre souveraineté nationale.

La Grande Conférence Nationale Haïtienne, désormais CNH, exige de toutes et de tous un haut niveau de civisme, d`esprit de sacrifice, d`honnêteté, de sincérité envers soi-même et les autres, envers la nation, que beaucoup d`intellectuels et leaders d`aujourd`hui n`ont pas. Ils ont peur de s`engager dans une voie de non retour, et font semblant, par peur, de traiter le malade avec leur plume et des coctions artisanales et archaïques, au lieu de lui administrer des bistouris pour extirper le mal. Est-ce pourquoi ils hésitent ou refusent d`agréer la logique convaincante de la Grande Conférence Nationale. Que les « chefs de file comprennent ou ne comprennent pas, ils doivent subir le vide de cette faiblesse de la part de nos élites. Que ces « chefs de file » apprennent à s`engager dans cette nouvelle bataille pour la liberté avec toutes les armes requises, mais pas seulement avec des propos, des manifestations à n`en plus finir, des casses et jets de pierre qui finiront tôt ou tard par faire de nous des soldats au service des ennemis, pour un génocide spectaculaire. Il est dit que les haïtiens n`ont pas le tempérament sauvage et ont le sens de la familiarité, vertu protectrice qui les empêcherait de sombrer dans la guerre civile. Cette fumisterie ne tient pas debout car ce qui se passe maintenant n`est pas loin d`une révolte à compartiment où brusquement les gens devenus paranoïaques chercheraient à se protéger contre d`éventuels assassins. Il est vrai aussi que le colon ne veut pas se faire complice d`une opération de sauvetage parce que si elle réussit ce ne sera pas à son avantage, vu le caractère marron de l`homme haïtien. Il copie mais n`endosse pas. N`ayant pas les moyens d`empêcher indéfiniment une résolution subite de la part de ces hommes qui ont dans le sang le goût inaltérable de la liberté, le colon est toujours aux aguets et se prépare continuellement pour d`autres échappées révolutionnaires.

DEFI ne connait pas la peur. Au péril de notre vie, à l`instar de Capois, le légendaire héros de vertières, nous disons en avant !

Aux lâches scolarisés, qui se font passer pour des intellectuels mais qui n`ont même pas le savoir-vivre et le savoir-faire des va-nu-pieds de 1804, demeurés toujours des affranchis, des esclaves de parade qu`utilise le colon pour endormir les nègres, mes frères.

Si vous êtes des hommes, DEFI vous convie et est prêt à vous confronter sur votre terrain. La confrontation idéologique et intellectuelle étant votre confort quand il s`agit de trouver des excuses pour échapper à vos responsabilités patriotiques, faisons une ronde si vous le jugez utile. Mais au bout du compte, comme à la roulette russe, celui qui perd dans le débat sera conduit dans la cage aux lions pour être dévoré. Présentez les arguments sur vos hésitations et refus à embrasser cette cause noble, attendue par les moins doués sur le plan de l`intellect, à savoir :  » La Grande Conférence Nationale Haïtienne.  » Prouvez que vous n`avez pas peur en tant que leader politique ou autorité intellectuelle. Vous n`êtes qu`un bon à rien, un lâche, un minable, un hypocrite, si vous continuez à écrire, à manifester et à protester en dehors de ce cadre ou de cette optique. Montrez-vous digne des nobles aspirations de nos héros de l`indépendance, qui pourtant ne savaient pas lire et écrire comme vous et moi, mais qui ont fait l`histoire. Avec les quelques mille cinq cents mots de vocabulaire que j`ai su maîtriser, je vous mets au défi de répondre à cet appel.

C`est le temps de la Grande Conférence Nationale Haïtienne. Sinon la nation va encore connaitre un bain de sang où nous risquons de connaitre la pire humiliation d`Haïti par la République Dominicaine à travers l`occupation,  depuis l`affaire LÜDERS en 1897 ( Réf. Une dette de l`Allemagne envers Haiti, par Bobb Q Rousseau.

Et vous serez l`un des menteurs, opportunistes, bluffeurs et hypocrites qui auront conduit la nation à ce stade.

Quand on n`est pas doué pour se servir d`une arme et qu`on se sert de l`arme de la dialectique pour contraindre ou pour convaincre, il faut avoir le courage de l`utiliser à bon escient et l`accompagner de sacrifice ultime. Sinon on est un nul.

 

Je Plaide

08 septembre 2018

Mike Joseph