DEFI dit NON !

Nous sommes plus que jamais au bord d`une catastrophe sans précédent

Non ! à la provocation et la confrontation recherchée par les forces du mal en la personne de Michel Martelly.

Dans sa mission commandée d`initier la guerre civile en Haïti, politique de destruction massive longtemps concoctée par ceux qui veulent enlever au peuple haïtien ses droits de propriété sur l`île, ce fou propulsé par ces derniers à la tête de l`Etat, et encore président de doublure au palais national, n`hésitera pas à créer tous les prétextes et conditions pour une intervention militaire internationale. D`ailleurs, déjà sont sur notre terrain des contingents armés de la république dominicaine. S`il est vrai que Michel Martelly a demandé aux autorités policières d`Haïti de venir assurer sa protection et celle de ses partisans qui viendront l`accueillir à l`aéroport Toussaint Louverture, avec tout ce branle-bas que nous voyons presque chaque jour dans nos villes et provinces, ainsi que dans la diaspora, concernant la dilapidation des fonds petrocaribe ; il y a là un piège qu`il faut éviter. Il n`y a aucun doute sur l`intention de Michel Martelly de provoquer le pire. C`est encore une autre façon de sa part d`organiser un chaos, empêcher le procès petrocaribe et aboutir à la guerre civile tant voulue par les ennemis d`Haïti. Avec le peuple disposé et mobilisé pour retracer les 3.8 milliards de dollars envolés, les autorités haïtiennes risquent gros si elles essaient de passer à coté d`un vrai procès. L`ampleur au quotidien de petrocaribe, autant en Haïti que dans la diaspora, ainsi que dans le monde, porte les suspects et responsables de ce crime financier et humanitaire à jouer le tout pour le tout afin d`éviter un procès sérieux. Si Michel Martelly revient en Haïti, malgré les nombreuses foules et contestations populaires où son arrestation est réclamée, il précède une action d`envergure de la part des autorités haïtiennes et de l`Internationale. Il y a, il ne faut pas l`oublier, l`ombre d`un ex président américain, concepteur du statut de sweet miky comme président d`Haïti,  qui avait demandé à la République dominicaine de jouer son rôle dans la réunification de l`Île, bien avant les scandales autour du 12 janvier 2010 et celui de Petrocaribe, accord avec le Venezuela que les autorités américaines n`ont jamais voulu. Sweet Miki, homme de main placé à la tête de l`Etat haïtien, Etat croupion,  n`a pas fini d`accomplir les vœux de ses patrons. Le peuple haïtien a beaucoup parlé des haïtiens impliqués dans Petrocaribe mais n`a jamais fait allusion à la forte possibilité que se trouvent des mains étrangères dans cette affaire. Les risques d`occupation d`Haïti par la République dominicaine sont plus élevés que jamais. Il devient de plus en plus évident que des soupapes et éléments étrangers très puissants y sont mêlés. En clair, si les autorités haïtiennes elles-mêmes n`étaient pas complices des assassins de Petrocaribe, en premier lieu l`actuel chef de l`Etat, Michel Martelly devrait être arrêté dès son arrivée à l`aéroport et traduit devant la justice. Et si le temps passe, vu la couleur des affiches arborant sa photo dans plusieurs manifestations, s`il ne revient pas sur le territoire haïtien il mérite d`être extradé. Tout indique que son retour au pays va aggraver la situation déjà tendue. Il y a rumeur que Me Céant est en train de donner sa démission. C`est peut-être dû à la pression exercée de part et d`autre à ce sujet, et qu`il ne se sent pas les moyens de maîtriser. S`il est ratifié comme Premier Ministre, il portera l`entière responsabilité de tout ce qui adviendra dans l`avenir immédiat. Gouverner c`est prévoir et , dans ce cas précis, prévenir. Jack Guy Lafontant, Premier Ministre sortant, a été forcé de démissionner parce qu`il n`a pas su prévoir et prévenir les événements du 5-6 et 7 juillet 2018.

Nous sommes plus que jamais au bord d`une catastrophe. Sauf si le chef de la police décide de faire l`histoire en tant que force-armée mineure qui a la supériorité en nombre, en arme et en légitimité, comparée à l`insignifiante armée nationale créée par Michel Martelly, en arrêtant ce dernier et en forçant Jovenel Moïse à prendre ses responsabilités ou à démissionner. En tant que seule autorité armée, ayant à sa disposition un nombre important de moyens, il pourrait évoquer la loi d`urgence et protéger la population contre le projet génocidaire qu`il serait le seul à pouvoir exécuter. Encore là, malgré le faible effectif de l`armée de Michel Martelly montée en prévision d`une telle aventure, pour sa défense personnelle, il y a un danger que celle-ci demande une assistance armée internationale, en l`occurrence l`armée dominicaine son plus proche voisin, en cas d`action ou de réaction policière et de guerre civile.

En prévision de tous ces scénarios, le peuple haïtien devrait se donner comme consigne :

  • de continuer les manifestations avec plus de conviction et de nouveaux slogans mais sans violence ;
  • de demander plus de support à la diaspora pour qu`Haïti soit supportée par le monde et la diplomatie internationale ;
  • de réclamer l`arrestation de Michel Martelly pour délit d`intention génocidaire, comportant un risque élevé de guerre civile ;
  • d`éviter toute confrontation avec la police, surtout avec les partisans fanatiques ou soudoyés de Michel Martelly. ;
  • de ne pas menacer les édifices et organisations internationaux ;
  • d`éviter le pillage ;
  • demander une grève générale jusqu`à l`obtention du départ de Jovenel Moïse ayant prouvé son incapacité à protéger la population ;
  • demander l`arrêt du trafic aérien ;
  • etc.

En dernier lieu, que la lutte soit menée jusqu`au bout pour libérer Haïti de Michel Martelly, ses complices, et leur patron.

 

Je Plaide

10 septembre 2018

Mike Joseph