Me Céant, entre urgences et priorités, déjà vieilli par les circonstances

Déjà vieilli par les circonstances, il n`est plus question de se demander si Me Céant est l`homme du moment. Notre ordre du jour est ceci, suivi de ceux de la chambre haute et de la chambre basse :

Peut- on extraire du charbon dans un baril de farine ?

Entre passer une campagne politique, un bouclier de traîtres, un bataillon de sangsues, et répondre aux besoins d`une population sacrifiée, il y a tout un monde à traverser. Cette première étape réussie de Me Céant ne mérite aucun applaudissement vu que très récemment une pléiade de bandits légaux ont émergé de ce principe. Ce n`est pas une victoire pour le peuple haïtien qui attend des preuves de sacrifice ultime de la part de ses dirigeants. Il était dit que Me Céant possédait toutes les qualités requises pour séduire les assemblées politiques. Maintenant il reste à voir s`il lui en reste pour celles de la société en général. Parmi ces dons innés, semble t-il, il doit d`abord réussir ceci : Un minimum de tranquillité générale ; une adhérence ou cohésion politique à la société globale pour l`accompagner dans son périple ; établir immédiatement un minimum de sécurité sociale, judiciaire, économique, sanitaire et foncière ; renverser les tendances subtiles et avouées à la corruption, etc. Sur quelle force de sécurité va t-il compter pour maîtriser les gangs légalement et illégalement constitués ? Va t-il composer avec eux comme l`ont fait plusieurs de ses prédécesseurs? Saura t-il convaincre la diaspora qui a peur de rentrer en Haiti parce qu`elle est la cible préférée des bandits et même de monsieur tout le monde ? Avec quel stratagème donnera t-il une réponse favorable et durable à toutes ces appréhensions ? Est-il en mesure de comprendre que seule une diaspora organisée peut garantir un avenir brillant, authentique et rassurant pour Haiti ? Sa seule volonté, serait-elle en mesure de déstabiliser la convoitise et l`oppression organisées des partenaires nationaux et internationaux ?

Me Céant doit convenir par ordre de priorité aux nombreuses attentes, au gouvernail de la barque nationale dont il est le vecteur.

A l`heure des grandes réalisations et matérialisations sociales, politiques, économiques et culturelles, des objectifs nouveaux du corps haïtien, de qui et de quoi un chef d`Etat et de gouvernement doivent-ils être accompagnés pour donner des résultats concrets ? Pour ceux et celles qui auraient du mal à comprendre les enjeux, nous n`allons pas nous éterniser dans des détails mais ils est nécessaire de souligner au moins un point d`envergure. L`espace haïtien géographiquement, politiquement et économiquement, ainsi que sur le plan culturel, est plus qu`une question de premier ministre,de président, de députés, de sénateurs et d`accoutumance. Pour réaliser un équilibre même partiel il faut une poussée multidimensionnelle où se retrouve la représentation globale de tous les corps actifs de l`identité nationale. La satisfaction individuelle et collective exige l`érection d`un social fort et équilibré que l`esprit d`un seul homme ne peut contenir. Ce passage obligatoire de la transition vers l`émancipation, ne peut pas se faire docilement car nous n`avons pas profité du temps pour nous éduquer en ce sens. La main de fer à permettre ce saut, si elle porte des gants de velours au début, doit pouvoir les changer rapidement au moment opportun, collecter les valeurs appropriées, les endoctriner et ensuite leur fournir les outils nécessaires pour enfin falsifier le code embryonnaire qui génère tant de malheurs pour notre nation. Le coût d`un passage docile ne doit pas excéder dans le temps. Les rats du système actuel ne dorment et ne chôment pas. Il faut une application rapide et rigide des lois pour les maîtriser indéfiniment. Personne n`a en ce moment les moyens d`une telle politique. Il faut mettre d`abord les pions en disposition et ensuite, de chacun d`eux, asseoir des particularités rationnelles, mathématiquement et pratiquement indissociables. Donc, encore une fois, le problème haïtien vu de l`extérieure est entier et non partiel. Des modèles de référence doivent être remplacés et d`autres promus ; un nouveau paradigme doit être imposé vu les carences grossières de l`Etat ; une certaine capacité d`analyse, de compréhension et d`ajustement structurel doit être allouée à la diaspora ; et tant d`autres réflexes doivent sortir de leurs réserves. De ce constat, comment peut-on mettre la charrue avant les bœufs et donner du crédit à un homme tout simplement parce qu`il a déjà fait preuve de savoir-faire dans des domaines qui n`ont rien à voir avec les exigences du moment ? En vérité, ce serait tout un miracle si Me Céant lui-même ne soit impliqué de près ou de loin dans cette affaire de Petrocaribe. Techniquement, il devrait être soupçonné en tant que premier notaire de la République. Il doit avoir vu, entendu, et au moins se préoccuper de certaines affaires louches, des choses pour lesquelles il avait été sollicité, qui l`ont rendu incontournable comme témoin privilégié. S`il n`a pas de boucles chez l`orfèvre il en a au moins chez le notaire. Peut-être dans son propre cabinet. Sans vouloir mettre en doute le patriotisme de Me Céant, il faut questionner son intérêt à vouloir composer avec des hommes qui devraient se retrouver derrière les barreaux, comme nous le ferions pour n`importe quel autre citoyen, surtout dans cette conjoncture. Aura t-il les moyens ou la volonté assidue de contraindre l`Etat à faire le procès de Petrocaribe qui n`est plus une priorité mais une urgence, un devoir citoyen, une exigence politique, un carrefour obligatoire de récupération de valeurs compensatoires, un laisser-passer sans détour, une vocation d`hommes verticaux, un sacrifice ultime, un suicide assisté, une sorte d`auto flagellation pour les affligés.

Pour la réussite fondamentale et permanente de notre société, cette société renversée, il faut coûte que coûte se dépasser dans les habitudes traditionnelles, élever son âme sensible à la dimension de guerrier, et promouvoir le bien collectif sans demi-mesure.

La société civile haïtienne, intérieure-extérieure, à travers chaque citoyen et organisme voués à l`idéal Dessalinien, toujours prête à accompagner ceux et celles qui ont gardé cette réserve, doit plus que jamais se mobiliser, être forte et vigilante dans sa conviction patriotique. Nous ne pouvons plus laisser seulement aux politiques l`espace de travail et de conceptualisation du paradigme à ériger. Les enjeux sont trop importants vu le degré d`investissement que nous y avons placé. Une nouvelle culture de cohésion, d`orientation et d`émancipation doit s`établir sans condition dans toutes les sphères de l`identité haïtienne. Nos entités doivent réguler et régulariser autant de moyens et d`influences que tous les ministères gouvernementaux. Car il serait miraculeux que les autorités haïtiennes se donnent la compétence nécessaire, en un temps record, pour répondre a nos appels de détresse.

DEFI se met à la hauteur de ce débat historique, et se donne la capacité de négocier et traiter avec dignité et conviction, le présent et l`avenir d`Haïti, et de tous les haïtiens sans distinction.

Notre priorité en ce qui concerne ce présent et l`avenir, ce n`est pas la venue ou le départ d`un Premier ministre, le scénario et le remplacement d`une équipe gouvernementale issue de la même trempe oligarchique; elle est dans le travail à accomplir pour la conversion d`un système inféodé vers la concrétisation de nos rêves bicentenaires. Notre priorité c`est la consolidation de l`éveil citoyen en vue d`une justice équitable et universelle.

Pour nous, jusqu`à présent et à preuve du contraire, l`arrivée de Me Céant dans cette conjoncture n`est que du plâtrage et rien d`autre. En toute autre circonstance il aurait le bénéfice du doute mais, pour l`heure, avec les résonances de l`affaire Petrocaribe, il n`obtiendra aucun répit tant que cette affaire ne sera réglée. Et ce sera ainsi pour tout intervenant à ce niveau.

S`il est vraiment disposé à livrer bataille contre toutes et tous pour l`établissement du droit, sans considération pour le déficit personnel, nous lui accorderons plein et entier dévouement. Qu`il s`accorde à maîtriser d`emblée ce dossier ainsi que tous les grands dossiers, tel que précité. Même l`Amnistie générale, un piège pour les corrompus de l`actualité, pour les condamnés et non pour les condamnables, car ce n`est pas aveuglement que nous en parlons, serait un bon début de pratique pour la réconciliation nationale, tout en employant la dictature des lois comme nous ne cesserons de le réclamer.

Peut-on extraire de la farine dans un baril de charbon ? on verra !

 

Je Plaide

16 septembre 2018

Mike Joseph