L`État haïtien, un poignard planté dans le cœur des citoyens

Ce cauchemar incessant, il est temps de l`arrêter.

Tous les pouvoirs sont pourris. Les institutions ne fonctionnent plus depuis belle lurette, le Président improvise, le Premier ministre est à la remorque, les Ministres sont improductifs et incapables. Enfin rien ne va. Le faire semblant et la rhétorique démagogique ne tiennent plus.

Combien de temps encore est-ce que çà va durer avant que la société éclate pour de bon et atteigne l`irréparable?

Où sont donc les haïtiens doués de bon sens ? Quelle est la valeur réelle des pseudos intellectuels de la classe moyenne, ainsi appelée à cause de sa position intermédiaire et stratégique de protection, de défense des acquis et des valeurs nationales ; où sont passés les garde-fous culturels et religieux, les lwas et l`esprit des humforts ?

Que font les diplomates haïtiens à l`extérieure , les ambassades étrangères en Haïti, pour un pays aussi disloqué et dysfonctionnel ? Où se trouve donc la solidarité internationale pour un pays à genoux devant tant de misère et d`escroquerie institutionnalisée ?

Avons-nous cessé d`être des hommes ou l`avons-nous jamais été avec tout ce souci, quand le pays ne respire plus et a atteint un tel degré de déchéance à tous les nivaux ; que les révoltes populaires ne sont pas suffisantes ou n`ont pas encore traversé le stade capital, ce que nous attendons peut-être pour enfin nous réveiller ? Et là encore, y aura t- il réveil, hésitation ou résignation ?

Le pays n`existe plus. Il n`y a que des troupeaux qui broutent dans la sécheresse et cherchent des marres pour abreuver. Et les terrains verts se barricadent pour ne pas les laisser rentrer. Qu`ils crèvent !

Les longues distances pour trouver du vert ne leur font plus peur. Se rendre à Saint Domingue ou au chili, au Brésil ou aux Iles turcs, les voies s`enfoncent sous leurs pas, malgré tout ils continuent d`avancer et refusent de revenir au bercail. Par milliers ils tombent et s`enterrent. Un aller sans retour. Un pays qui se vide par la convoitise des uns et des autres, par la main mise des puissances étrangères dérogatoires à nos conventions humanitaires vieilles de plus de deux cents ans, alors que ses nouveaux affranchis, vous et moi, ne revendiquent plus sa protection.

L`Etat haïtien dans la forme et dans le fond, toujours colonisé par ses propres officiels et administrateurs parce qu`ils sont tous des vendus et des apatrides, est devenu le premier ennemi du peuple haïtien. Tout citoyen au service de cet Etat finit par agir contre les intérêts et la volonté de ses concitoyens ; les enterre davantage dans le mépris, la misère et la honte.

Il est temps de fermer toutes les institutions, demander des comptes aux Ambassadeurs accrédités et aux diplomates haïtiens représentant Haïti à l`étranger. Il faut porter les revendications à un niveau plus élevé que d`habitude. Il faut une grève générale illimitée. Il faut tout paralyser jusqu`à ce que les actuels représentants et administrateurs du pouvoir étatique démissionnent et laissent le champ libre a un gouvernement de salut public, qui aura pour mission de réorganiser l`Etat. C`est là toute la dimension de la Grande Conférence Nationale Haïtienne, le seul lieu de la rédemption d`Haïti. Les dés sont déjà jetés. Tout est fin prêt pour la grande opération. Qu`attendez-vous pour participer au coup d`envoi ? Un génocide ! une guerre civile ! plus d`humiliation ! l`occupation !

Vous êtes peut-être à l`abri aujourd`hui, aucunement menacé personnellement, il y a du pain, du beurre et du mais dans votre grenier, mais qu`en est-il des millions de nos frères et sœurs qui passent des journées entières sans eau ni nourriture, et qui meurent chaque jour ? Pauvre diable ! Pauvre de nous !

Je Plaide

27 septembre 2018

Mike Joseph