la peur et le diable sont nos pires ennemis

Le plus vaste domaine du diable n`est pas la mort mais la peur. Oui !

Fuyez-les tous les deux comme la peste. Ils ne vous aident pas à progresser.

Il n`y a pas plus malheureux sort que celui de la peur. Elle est plus triste que la mort. Celle-ci est un progrès universel comparé à la peur qui n`est que recul et la vraie négation de la vie.

Pour qu`une vie soit comblée, elle doit se faire sous le signe du courage et de la liberté. Et cette liberté ne s`accorde eu aucun point avec la peur. Une totale liberté est au dessus de toute peur.

Fuir la peur, fuir le diable n`est pas synonyme de faiblesse, mais la conséquence d`une force dans la croyance suprême. Quand on choisit le beau et le bien au détriment de ce qui parait laid et mauvais, ce n`est qu`une question d`affinité. Ce choix ou sentiment ne devrait avoir en aucun cas valeur de préjugé. Relativement tout est issu de la même veine.

Pour faire de cette vie un joyau, il faut se débarrasser de tout ce qui l`entrave. « Chassez le naturel, il revient au galop. » –  » Le Glorieux « , de Philippe Néricault Destouches ( 1732 ) :

Prétendre avoir trouvé le bonheur loin de son patelin est une hérésie, un schisme à nul autre pareil ; Le foyer du bonheur étant le lieu, la place où se trouvent attachés son nombril et les racines profondes et nombreuses ;

Aimer sans souffrir est erroné, car seule la nature individuelle peut être exempte de souffrance charnelle quand on n`aime que soi-même ;

Donner est plus doux que recevoir, lorsque l`on sait où, comment et quoi donner, et comment trouver la paix en soi.

Enfin ! faisons du dimanche, le plus beau jour de la semaine, ainsi que de tous les jours, une victoire sur la peur.

Diable ! « Que vous êtes joli(s) ! que vous nous semblez beau(x), loin des deux.

 

Je Plaide

30 septembre 2018

Mike Joseph