DEFI DI WI POU 17 OKTÔB 2018 LA

DEFI DI WI POU 17 OKTOB 2018 LA.

NOU SWÉTÉ PAP GEN KRAZÉ BRIZÉ, NI TOUYÉ MOUNN.

NOU VLÉ YOU RÈGLEMAN SAN KONT. PÈUP LA GEN DWA MACHÉ SOU TOUT POUVWA KI PA VLÉ BAY JUSTIS.

DÉPI APRÉ 6-7 JUILLÈ 2018 LA, PA GEN ANYIEN SÉRIE KI DI NAN ZAFÈ PETROCARIBE YA, SA MONTRÉ KE POUVWA SAA SÉ YOU POUVWA KI MARÉ SOSIS LI AK MALFEKTÈ. SÉ POU NOU PRAN LA RUE CHAK JOU, JUSKASKE JOVENEL MOÏSE BAY TALON LI ;

SÉ POU NOU MÉTÉ YOU GOUVÈNMAN SALU PUBLIC KI GEN TOUT SEKTÈ POLITIK SÉRIEU YO LADANL, AK ÔGANIZASION JANM KI NAN SOCIÉTÉ CIVIL LA. NAP BATI OU LÔT PÉYI KI GEN NANM SOU LI.

FÈ ATANSION, PRÈPARÉ NOU POUN MENNEN OU BATAY JANM, PASKE NÈG KI GEN ZAM YO KONPRANN YO KA FÈ LA LWA SOU PÈP.

NOU TANDÉ OU DÉKLARASION KI DI PA SUPOZÉ GEN KOU DÉTA. MEN POU KISA MÈT KOZÉ SAA PA DI LI PRAL CHÈCHÉ KÔB PÉTROCARIBE YA AVEK NOU? MARÉ YO TOU.

BLOKÉ PÉYI YA JUSKASKE NOU JWEN JUSTIS.

POU DEFI
MIKE JOSEPH

 

La toile se tisse pour la guerre civile, et les têtes d’affiches commencent à sortir de leur trou.

DEFI INVITE À LA RÉFLEXION POUR LE GOUVERNEMEN DE SALUT PUBLIC, AVANT QU’IL SOIT TROP TARD.

Il faut maîtriser les belligérants par une action massive d’opposition à la guerre civile.

Petrocaribe entend encore faire des victimes et ne tient pas à jeter l’éponge. Il fallait s’y attendre. Mais :

« Ce que peuple veut, Dieu le veut. »
« Ce que femme veut, Dieu le veut. »

Associons ces deux proverbes et mettons-les en évidence. Il est possible de trouver une formule juste de gouvernement, qui soulagerait Haïti de sa condamnation. Vu notre croyance personnelle dans le principe de la trinité, nous ajouterions à ces deux demi-vérités, une troisième, celle-là toute entière, qui les compléterait et engagerait Haïti irrémédiablement dans la voie de la rédemption : « Ce que veut la jeunesse, l’avenir et le ciel le lui accorderont. » Assertion mathématique au dessus de toute autre.

Jusqu’à présent toutes les formules utilisées depuis deux siècles ne sont que les mêmes. Comme si nos hommes, ceux de notre époque, étaient incapables de se débarrasser de leur chaines et rompre en visière. Cette foi-ci, il y a là une autre assertion qui est en dessous de toute autre.

Dès que chacun s’accorde un peu de croyance, avec la formule trinitaire exposée plus haut, nous avons la ferme conviction que les choses ne seront plus les mêmes. Elle fera la différence. Accordez-vous le bénéfice du doute et nous ferons le reste. Nous vous garantissons une envolée spectaculaire. DEFI, le leitmotiv des activités de la société civile, ne vous décevra pas.

Voici pour vous un avant goût de notre approche, simple et différente des actuelles et anciennes formules :

a)   Étant donné que nous n’avons cessé de dialoguer depuis deux cents ans, entérinons ce dialogue, comme pièce à conviction, et consacrons le dans débat plus approprié, à savoir la Grande Conférence Nationale, d’où devrait finalement sortir l’œuf tant attendu.

De cet œuf, la coque comme enclos serait représentée par les institutions bien réformées ; le jaune, par des substances administratives adéquates, les techniciens ; et enfin le blanc, la société qui agit en tant que voile et qui protège le jaune des chocs que reçoit la coque. Simple et facile à comprendre et à appliquer.

Donc, de la GCNH ( Grande Conférence Nationale Haïtienne ) sortira le GSP ( Gouvernement De Salut Public ) ainsi donc, une figure qui ressemble à celle de l’œuf. Du GCNH sortira le GSP, Du GSP sortira une entité, une personnalité de grande importance, qui sera bien accompagnée et soignée pour diriger le pays ; Un Président et une équipe, avec une mission et un pouvoir extraordinaires, capables de garantir la paix publique et répondre drastiquement aux urgences, et préparer des élections conformes aux amendements constitutionnelles réalisés durant le mandat du GSP.

b)   Face à la volonté de détruire, nous imposons la volonté de construire. Une nouvelle structure militaire composée des forces de la police nationale et d’une autre force spécialisée doit voir le jour.

c)   Une société civile organisée et représentative, corollaire et à point dans toutes les décisions et projets gouvernementaux.

Nous avons pour vision et devoir, d`éradiquer tous les maux d’Haïti.

Le temps de répondre aux urgences est une priorité d`État, quand la société civile tout en se confinant dans les limites de ses prérogatives, sachant qu`elle inspire toujours à une bonne gestion de la chose publique, s`occupe de collecter au quotidien des détails importants et promoteurs de progrès, pour le présent et pour l`avenir d`Haïti.

Voilà en gros, ce que nous proposons à la jeunesse et aux millions de laissés-pour-compte que nous sommes tous.

 

Je Plaide

02 septembre 2018

Mike Joseph