« A quelque chose malheur est bon. » Les radicaux libres se désintègrent

A l`instar de l`organisme humain, il existe aussi dans une société des éléments, des êtres humains que nous pouvons designer comme des radicaux libres, qui par leur disposition et fonctionnement l`entraînent vers l`abîme. Quand nous aurons fini avec cette comparaison, il vous sera donné l`opportunité de mieux comprendre sur le plan biologique la valeur ou le rôle des radicaux libres dans un corps quelconque.

Dans toutes les sociétés, ils existent ces radicaux libres. Certaines d`entre elles ont très tôt engagé des moyens ou molécules assez précoces, qui finissent par contrôler les dégâts causés par ces radicaux libres. Malheureusement pour nous en Haiti, de par notre origine drastique, aucune molécule n`est jamais parvenue à se développer suffisamment, ou à introduire assez d`expédients pour leur coller une limite dans leur trajectoire. Nous voilà aujourd`hui, par ce phénomène, obligés de nous réveiller avec une énorme bosse dans le ventre et dans le dos.

Depuis l`arrivée de l`équipe « têt kalé », drôle de cerceau pour des gens qui veulent diriger un pays, prémisse qui aurait dû nous tirer les antennes sur les prescriptions à payer pendant et après leur passage au timon des affaires, une sorte de suicide collectif s`il n`était pas connu que le principal chef de cette bande avait été placé pour une mission bien spécifique, la société haïtienne s`est trouvée totalement renversée. Tout le monde le savait. Nous aurions dû déceler par cette chute d`éthique, de morale et de protocole, l`annonce d`un autre événement majeur et renversant de l`amplitude du 12 janvier 2010. Tout à basculé vers le non droit, le vulgaire, l`irrémédiable, le néant, pour donner ce que nous sommes maintenant : Une société à refaire. Il n`y a pas moyen de continuer à construire sur cette masse d`ordures qui a infecté et infesté outre mesure l`Etat haïtien et la société haïtienne. Aucun écrit, ni récit, ni théâtre pourront expliquer ou tracer à juste titre le contenu d`un tel scandale, d`un si profond malaise. Quelques lignes, oui, peuvent être soulignées, mais jamais nous n`aurons assez de souffle pour étaler ce deuil collectif. Quelque part,  » A quelque chose malheur est bon. » l`affaire Petrocaribe, élément déclencheur d`une nouvelle disposition nationale, va provoquer un certain sens de responsabilité chez le commun des mortels. On a donné une chance aux vagabonds parce que les intellectuels haïtiens n`ont rien rapporté pour Haïti, eh bien voilà jusqu`où cette dichotomie nous a amenés. Les outrages répétitifs, les constantes indécences et provocations destinée à affaiblir les institutions républicaines ; tout ce lot inimaginable de grivoiserie et de bêtises inespérées , du jamais vu dans l`histoire d`Haiti malgré ses grandes faiblesses et déficiences politiques, constituent un fardeau très lourd à traîner. Enfin, un rêve avec les yeux ouverts.

Tout ce qui a été fait durant cette courte période, de la transition à aujourd`hui en cette année 2018 , année décisive à l`instar de 1915, constitue une hypothèque de délinquances majeures à condamner et jeter dans du fatras. Même quand il y aurait quelque chose de particulier à soutenir, ce serait comme chercher une aiguille dans une balle de foin. Et une fois trouvé, ce quelque chose aussi devrait faire partie de cette masse critique de radicaux libres.

Nous en avons pour longtemps encore à soupirer, analyser, déduire et renoncer, avant d`arriver à nous retrouver entre les dérives et conséquences de ces engagements politiques, et sur les choix aliénants de nos dirigeants. De 2004 à 2022, particulièrement au passage des couples Martelly-Lamothe , Martelly-Evans Paul, et maintenant Martelly-Jovenel Moise, son dauphin, à eux quatre ils constituent un aboutissement, un périmètre excessivement polluant, un nœud gordien dans la crise viscérale haïtienne vielle de deux siècles et demi. En tant qu`aboutissants, ces radicaux libres de nature exceptionnelle, heureusement se désintègrent par la poussée radicale naissante d`une société civile appelée à jouer de nouveaux rôles dans notre vie politique. Désormais, elle doit être digne des prouesses du passé.

Je Plaide

05 octobre 2018

Mike Joseph

 

Tel que promis, voici le texte de comparaison

LES RADICAUX LIBRES, QU`EST-CE QUE C`EST ?

« Tous les êtres vivants doivent résoudre un problème insoluble. Ils ont tous besoin d’oxygène pour vivre, mais ils doivent aussi s’en protéger car il est toxique, au point de nous tuer un peu plus chaque jour via des substances appelées radicaux libres. Le point sur les réactions qui aboutissent à ces molécules avec Juliette Pouyat.

L’oxygène est un élément indispensable à la vie, nous ne pouvons pas nous en passer mais il donne naissance dans l’organisme à des dérivés qui, chaque jour, causent des dégâts à nos cellules. Ces dérivés sont appelés Espèces Réactives de l’Oxygène (ERO).

Comment se forment les espèces réactives de l’oxygène ?

Les cellules contiennent des organites, appelés mitochondries, qui fournissent l’énergie nécessaire aux cellules. Les mitochondries sont en quelque sorte les centrales énergétiques de nos cellules. Plus la cellule a besoin d’énergie pour son fonctionnement, plus elle renferme de mitochondries (une cellule musculaire par exemple en renferme plus d’un millier). Dans ces organites ont lieu une suite de réactions très compliquées, qui sont parfaitement connues aujourd’hui. Le bilan de ces réactions revient à la combustion de sucres (glucose) et de graisses (acides gras) qui libère de l’énergie. C’est cette énergie qui permet à nos muscles de se contracter. Malheureusement, la chaîne de réactions de nos mitochondries est imparfaite et conduit à la formation d’espèces réactives de l’oxygène dont font partie les radicaux libres.

Une molécule instable

Un radical libre est une espèce chimique (atome ou molécule) qui possède un électron célibataire c’est-à-dire non apparié. Cette caractéristique le rend instable et lui procure une grande réactivité vis-à-vis des molécules environnantes. Un radical libre se stabilise au détriment de la molécule voisine qui devient à son tour un radical libre et ainsi de suite. Le phénomène se propage par des réactions en chaîne.

En résumé : tout ce qui génère des attaques au niveau des cellules pour nous faire vieillir ou encore nous rendre malades est dû aux radicaux libres. Ils sont produits lors de certaines situations familières : la respiration, le tabagisme, les infections, les inflammations, le stress, l’exposition solaire, l’exposition aux polluants, l’apport alimentaire excessif…aussi s’en protéger car il est toxique, au point de nous tuer un peu plus chaque jour. Mais la nature a trouvé une parade ; puisque l’oxygène nous oxyde (nous rouille en quelque sorte), elle nous a créé un système ultra-performant de protection interne : la protection antioxydante. »