UN FAISCEAU LUMINEUX SUR LA TÉNÉBREUSE HAÏTIENNE

LA GRANDE CONFÉRENCE NATIONALE UN FAISCEAU LUMINEUX SUR LA TÉNÉBREUSE HAÏTIENNE

Qu’attendons-nous ?
L’heure n’est-elle pas assez folle pour arrêter ses aiguilles saccadées ?
Chaque jour de plus apporte son lot de bâtards, d’estropiés, de mourants, de victimes et de cadavres souvent innocents, et nul pas n’est franchi vers la sortie. N’est-il pas assez pour toutes et tous se mettre à l’oeuvre de construire une autre Haïti ? Tristement célèbres, les tueurs de grand chemin nous remplacent et font encore la loi, pendant que nos hésitations contribuent aux lourdes pertes que subissent les familles et la société en général. La corruption, nous le savons tous, devient la règle comme s’il n’y a pas d’alternative. Haïti est devenue aujourd’hui une plaque expérimentale où tout peut et doit se faire uniquement avec de l’argent, même arrêter le temps. Peut-être que s’il était offert à tout venant quelques milliers de dollars verts il y aurait ruée. Mais, parbleu, où sont passées nos vertus humanitaires, citoyennes, intellectuelles, nationalistes, face à ce vide collectif, ce ramassis d’involontaires ?
Entre le bleu et le noir, lequel des deux donnera le ton finalement ?
En souvenir, quand les citoyens de ce pays savaient de gré ou de force, tout arrêter, se mettre debout pour saluer la montée du drapeau et même chanter ensemble la Dessalinienne, de mémoire d’homme çà fait près de quarante ans déjà, lorsque la tyrannie faisait taire les volontés politiques de changement, semble t-il que la nation existait par rapport à maintenant, alors qu’en ce temps là nous prétendions que ce n’était pas correct. Avons-nous réalisé que le pays se meurt par faute de volonté de la part de nous tous ? En ce moment que la situation est plus que critique, que les bandits onmv remplacé les macoutes, que les forces des ténèbres ont refait surface cette fois-ci sans leader apparent, que tant de voix se font entendre pour les maîtriser, n’est-il pas venu le moment de changer les aiguilles de cette pendule et crier à bas !
Pour la mise en marche de l’horloge qui sonnait la fierté nationale, à 8h pile chaque matin, puisque nous sommes déjà en enfer et que le diable en est le maître absolu, de toute façon nous sommes au feu et il n’y a pas pire que ça, à moins d’avoir peur de mourir une seconde fois, forçons le à ouvrir la voie pour propager la nouvelle que nous voulons connaître le purgatoire qui est à mis chemin entre son royaume et celui de Dieu. Autant que lui non plus il ne l’a jamais connu ce purgatoire, il serait surement tenté de vivre cette expérience.
Et que ferait Dieu lui-même de tout çà ? Comme d’habitude, il attendrait patiemment que nous venions à lui, pour lui demander pardon pour toutes les fautes que nous avons commises. Assurément, les portes se seraient fermées derrière nous, et les feux de cet enfer se seraient éteintes sous les pas du dragon qui n’aurait plus de chair brulée à saisir dans ce va-et-vient constant et stérile; Et ce serait la fin pour ce monde, le temps de vivre quelques instants de purgatoire.

Parlons à Dieu, de là où nous sommes maintenant, il nous entendra et fera ce miracle d’un rêve à la réalité.

Qu’il nous accompagne dès à présent.

Je Plaide
29 novembre 2018
Mike Joseph