LE PEUPLE HAÏTIEN N`A PAS LE GOUVERNEMENT QU`IL MÉRITE

TOUT PEUPLE N`A PAS LE GOUVERNEMENT QU`IL MÉRITE

 

On dit que « Un peuple a le gouvernement qu’il mérite. » ceci est valable quand il n’y a pas d’influence étrangère. Cette réthorique n’est pas de mise dans le cas d’Haïti qui n’a jamais joui de ses droits légitimes même aprés son indépendance. Hier encore, avec le prononcé du 18 novembre 2018, sentence absolue délivrée par un million de voix considée comme porte parole de toute la population haïtienne pour renouveler ses appels de renvoi contre l’actuelle administration et le système de pourriture mis en place par l’Internationale, les Étas-unis ont vite dépéché leur Émissaire pour Haïti, Kenneth Merten, récupérer leur nouveau poulin, Jovenel Moïse, qui était à un cheveu de pendaison.

LE PEUPLE HAÏTIEN N’A PAS LE GOUVERNEMENT QU’IL MÉRITE. Et ceci depuis 1915. La lutte pour la libération du peuple haïtien, nation libre depuis 1804, passe par la non reconnaissance des émissaires internationaux déclarés persona non grata aux yeux des militants haïtiens. Tout notre prestige politique se trouve dans cette déclaration envers l’Internationale qui aurait pu bien faire si elle avait un minimum de respect et d’appréciation pour le peuple haïtien. Élevons la barre de l’opposition à cet effet, en déclarant l’Internationale dans sa totalité PERSONA NON GRATA. DEFI prend la responsabilité de le dire au nom de la société civile souffrante dans son ensemble puisque l’État haïtien n’est plus représentatif des intérêts qui lui ont été confiés. Que l’opposition haïtienne se ressere comme un étau pour changer ce destin blanchi monté contre 1804 l’expression de notre volonté impérissable. Aujourd’hui la question haïtienne est divisée en deux : l’Espoir et le Désespoir. Il n’est plus question de secteurs. C’est la vie ou la mort. Que tous les secteurs de l’opposition se mèlent en une seule voix pour sauver Haïti ; Que cette voix se canalise vers une seule voie pour discuter des grands dossiers de la nation malgré tout encore debout à travers des hommes comme nous. Cette voie est celle de la Grande Conférence Nationale haïtienne qui ne peut souffrir d’attendre le OK d’un quelconque émissaire qui ne viendra jamais. Advenant le cas où il viendrait, ce ne serait que pour destabiliser le processus de réhabilitation des velléités nationalistes vers une Haïti réelle. NON ! à toute forme d’ingérence et de colonisation, OUI ! à la refondation d’Haïti quel que soit le prix à payer. Voici la voix de la nouvelle opposition haïtienne, toute classe, tout secteur confondu. Nous avons cessé d’être esclaves en papier, soyons-le en fait et demeurons-le jusqu’à la mort.

Je Plaide
Plaidons ensemble
15 Janvier 2019
Mike Joseph