DEFI se réclame de l’opposition par la force des choses

QUAND DEFI SE FAIT CHAIR et deviendra probablement, officiellement, par la force des choses, le bras principal de l’opposition haïtienne à l’extérieure d’Haïti.

Nous nous sommes demandé pourquoi avec tant d’haïtiens partout dans le monde la cause haïtienne n’est pas défendue.

Le Ministère des Haïtiens Vivant à l’Étranger, MHAVE, ne peut à lui seul représenter tous les haïtiens de la diaspora. Surtout à l’extérieure d’Haïti. Cette effronterie de la part des autorités haïtiennes demeure un vœux pieux lorsqu’il n’y a pas de volonté politique pour l’accompagner. Son premier rôle, si les autorités haïtiennes étaient sincères, aurait été de mettre à la disposition des ressortissants haïtiens, à travers les consulats et ambassades d’Haïti à l’étranger, un espace de travail réservé à un corps indépendant qui pourrait s’occuper davantage de desiderata relatif aux besoins spécifiques de ces communautés et de leurs dispositions.

De même qu’il existe deux tendances ou branches politiques en Haïti, l’opposition et le gouvernement qui n’arrivent toujours pas à sortir de leur carence pour donner un minimum de satisfaction aux citoyennes et citoyens ; le gouvernement d`une part qui malgré tout, à l’intérieure comme à l’extérieure, jouit de tous les privilèges politiques et diplomatiques ; l’opposition d`autre part qui ne fait que piétiner et ne vit que d`espoir, celle-ci au moins devrait s’organiser en dehors du pays, dans la diaspora, pour ceux et celles qui souffrent de toutes les carences politiques et sociales des deux.

Les haïtiens se trouvant à l’extérieure d’Haïti, doivent pouvoir utiliser leurs moyens de coercition à partir d’un organe puissant et authentique représentant leurs aspirations politiques et économiques, ainsi que leurs droits et intérêts fondamentaux.

A ce carrefour obligé, désormais, DEFI se propose et participe à l’élaboration de cet organe en question, tout en demeurant fidèle à sa vocation et son statut unique de voie collective de l’ensemble des organisations de la société civile haïtienne. Cette démarche et statut en voie de succès, pour DEFI, n’est ni une violation ni une violence exercée contre les organisations de la société civile haïtienne qui existent depuis des lunes, mais plutôt un ajout par rapport à un vide qui mérite d’être comblé.

En tant que cadre civil voulant représenter tout Haïti dans ses nouvelles explorations civiques et politiques; dans le but de faire de chaque haïtien un sujet à part entière de DEFI quelle que soit son appartenance politique, le rôle joué par DEFI serait celui d’un Émissaire autonome et indépendant ayant la capacité d’intervenir avec autorité là où plusieurs ont échoué. Le type d’opposition que nous voulons créer ne se servira pas de la politique comme moyen de prendre le pouvoir, mais défendra véritablement les intérêts du peuple haïtien et de la diaspora en général en faisant de la société civile un puissant moteur de référence. Pour ou contre quand il le faut, toujours au nom de la justice sociale et économique, DEFI se veut désormais être l`ultime partenaire de combat pour l`émancipation.

Ce genre de statut réclamé par et pour DEFI, ne pourrait recevoir un aval et être confirmé qu’à partir de la Grande Conférence Nationale Haïtienne. Voici là un exemple qui devrait susciter le pion manquant pour la mise sur pied en urgence des travaux en vue de la réalisation de cette phase politique d’envergure. Tant d’autres statuts sociaux, politiques, culturels et économiques à créer qui ne sauraient voir le jour autrement que par la voie de la GCNH. Voilà pourquoi nous la réclamons avec autant de persistance et de conviction.

Des démarches sont en cours auprès de toutes les instances concernées en vue d’établir officiellement DEFI comme principale branche extérieure de l’opposition haïtienne. Tout effort citoyen de la part de quiconque voudrait y participer, supporter ou joindre DEFI est largement et heureusement souhaité et sollicité.

Ce n’est pas une simple affaire, et nous sommes activement en quête de ressources de toutes sortes.

 

Je Plaide

02 Février 2019

Mike Joseph