Grossière intrusion et parodie de l`Aigle

QUAND UN PEUPLE EST PRIS ENTRE L`ENCLUME ET LE MARTEAU, IL Y AURA TOUJOURS ET A JAMAIS DES HOMMES ET DES FEMMES POUR LE DÉFENDRE, MÊME AU PRIX DE LEUR VIE. CES ILLUSIONS DU TEMPS NE FONT QU`ATTISER LEUR RÊVE DE LIBERTÉ, SURTOUT QUAND ELLE S`APPELLE HAITI.

DEFI en tant que bras de l’opposition haïtienne outre frontière, nécessaire extension du souffle national, en temps et lieu se lance contre quiconque se croit maître d`Haïti, autre que le peuple haïtien lui-même, et tout ce qui prétend avoir le droit et la capacité d`y arriver.

Contre les oligarques, leurs valets et leur poigne déshumanisante ; face à l’occident, son impérialisme outrancier, son racisme, et ses bourreaux.

Malgré notre position extrême, il est opportun de souligner l’affection et l’amitié qui nous lie avec ceux et celles qui sont victimes de généralité, cette affection et amitié renouvelée en toute circonstance.

A des moments comme celui que vit le peuple haïtien depuis un certain temps, une page de l’histoire d’Haïti vient d’être arrachée, et ses dignes fils pris au dépourvu ont besoin de soutien pour franchir les obstacles placés sur leur difficile pavé. Dans cette jungle appelée humanité, où la loi principale demeure la même que celle des bêtes sauvages, faut-il bien que des hommes décidés à vivre ou mourir pour la bonne cause, quelle que soit leur ressemblance corporelle ou distinction corporelle, se démarquent du troupeau docile et défendent leur droit à une existence digne.

Le cannibalisme, sous toutes ses formes, doit être combattu. L’esclavage, son apogée déguisée, l’a déjà été par nos ancêtres qui avaient réussi à l’étrangler. Et aujourd’hui encore, réveillé avec plus de force par ses adeptes, il se pare du visage de l’amitié et continue de tromper la vigilance des uns et des autres.

DEFI, bras éveillé de l’opposition haïtienne, prend sa place dans la melee. Armé de la connaissance réelle sur la nature de ces éternels colons et prédateurs, de cette jungle humaine, il n’hésitera à aucun moment de jouer son rôle de défenseur des droits et libertés fondamentaux que la nation haïtienne a érigés sur toutes les frontières du monde et de la prétendue civilisation occidentale. Notre profonde déception après les conquêtes historiques des guerres de l’indépendance d’Haïti, face aux constantes violations de ces acquis révolutionnaires, se matérialise par la volonté de dire au monde que malgré la nature de notre pacifisme, puisque nous aimerions simplement jouir de notre liberté, l’esprit de la race n’acceptera jamais d’être assujetti à la domination étrangère.

La voix de DEFI, qui vient de s’ajouter à celles de toutes les autres de l’intérieure, pour crier à proximité dans les tympans de l’occident que son génocide programmé ne passera pas inaperçu, utilisera toutes les avenues et impasses de l’information afin que la lumière éclaire les ténébreuses de ses actions.

Le dernier en date, qui a entaché l’amitié sincère entre Haïti et le Venezuela, ne sera pas une victoire définitive pour ses instigateurs. Haïti, par DEFI et par tous ses acteurs de conviction, continuera ses amours avec le Venezuela en dehors du lit de la honte.

Cette contrainte du moment, cette grossière intrusion et parodie de l’Aigle, entre deux amoureux de la liberté, comme pour Roméo et Juliette, inspire la mort plutôt que la résignation. Elle ne saurait recevoir l’approbation du tribunal de notre conscience de peuple libre, celle qui sait défier les plus grandes puissances.

L’avenir dira le reste.

Je Plaide
05 Février 2019
Mike Joseph