LA MARCHE DU NON RETOUR

Lettre de DEFI à la Diaspora haïtienne

La situation d’Haïti étant ce qu`elle est, honteuse, catastrophique et apocalyptique, où tout est à faire et/ou à refaire, lequel des deux au moins nous interpelle ? La question est directe et s’adresse à chacun de nous.

Malgré tout l’argent envoyé et reçu, assez pour aider le pays à tenir le coup, il s’engloutit de plus en plus donc, la faute revient directement à ceux qui ont été désignés pour l’administrer. Qu’en est-il maintenant des citoyens qui subissent ce mauvais sort, ne sont-ils pas autant responsables de leur destin ? Si c’est le cas, sans exagérer, le peu qu’il soit, faisons notre part et adressons-nous aux autres concrètement pour qu’ils soient au mieux à la mesure de leurs responsabilités. Il est entendu que tous nous apportons déjà quelque chose, mais là où le bât blesse c`est que personne ne s`occupe des retombées de ces efforts. Dans notre cas c`est comme donner du caviar à son enfant et ne pas tenir compte de son usage. Ne serait-ce pas là une des opportunités de faire ou refaire l`histoire, en prenant les grands moyens ? C`est à dire s`arranger pour que l`utilisation de cette manne soit faite à bon escient.

Il y a mille et une façons de le faire. Parmi celles-ci, on pourrait mettre sur pied un réseau financier relié aux ministères à partir des consulats et ambassades, tout à fait indépendant de celui des haïtiens vivant à l`étranger, ce ministère facultatif, qui s`occuperait de gérer uniquement les fonds et transactions financières et économiques en provenance de la Diaspora. Une carte de membre devrait être délivrée pour cela à tout citoyen et citoyenne d`origine haïtienne, par laquelle toute transaction ayant rapport avec Haiti pourrait se faire directement de l`étranger.

DEFI s`organise en ce sens, et demande à chacun de considérer cette approche qu`il va partager à proximité avec les ressortissants de la Diaspora durant sa tournée prochaine. Une fois qu`il y aura un nombre important de correspondants enregistrés dans nos archives, pièce justificative à l`appui nous nous adresserons incontestablement, irréfutablement, aux autorités haitiennes pour qu`elles fassent suivi des doléances administratives.

Il est étonnant de ne voir aucune autorité financière haïtienne s`intéresser personnellement à cette affaire. Plus d`un milliard de dollar laissé à la dérive, n`est-ce pas questionnable ? Sous prétexte peut-être que c`est trop dangereux, car les mafieux des deux côtés de l`hémisphère ne voudraient point d`une telle percée Louverturienne. Le jeu vaut la chandelle. A ce stade, au moins nous saurions à quel point Haiti est condamné à ne jamais sortir de son trou, nous autres de la Diaspora y compris.

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas l`histoire du fondateur de DEFI, prenez note :

Cette fois-ci ce ne sera point la MARCHE DU RETOUR, mais la MARCHE DU NON RETOUR. Nous y laisserons peut-être notre peau, cela vaudra les sacrifices des guerriers du temps de la libération qui savaient fort bien que la mort était le prix à payer pour l’indépendance d’Haïti : « Que ceux qui veulent redevenir des esclaves…sortent du fort. » VIVE HAÏTI !

13 Mars 2019
Mike Joseph