2022 , OUI JE PEUX !

Que représente 2022 pour et par DEFI ?

Chantier fertile et plénier, date charnière pour la Grande Conférence Nationale Haïtienne.

Un grand rendez-vous avec le temps, un prononcé sur les détails d’une histoire de plus de trois siècles de luttes incessantes, qui n’ont pas laissé de souffle à l’homme haïtien, debout malgré tout, sans sommeil ni nourriture, les deux yeux ouverts jour et nuit, constamment, pour surveiller les acquis guerriers ; devant le refus des uns et des autres, de puissants adversaires, qui ne lâchent pas leur emprise meurtrière, entre la corde et les chaînes de l’esclavage.

L’humanité universelle, témoin de nos efforts colossaux, semble impuissante malgré les appels de détresse de notre singulière humanité. Elle n’a pas encore répondu à nos contestations, devant cette croix plantée à nos portes, où l’espérance d’une vie ne dépasse celle d’un mouton ou d’un lézard.

Les nouveaux nés(es) de l’après Vertières, humanité créée dans les annales de l’histoire contemporaine, crucifiés au temple de la création, entre l’espoir et le désespoir, revendiquent à gorge déployée leurs droits de fils légitimes d’une nation libre et indépendante auprès du Créateur, afin qu’il lui accorde un jour sa reconnaissance, et qu’elle accède à l’humanité absolue. Celle qu’il lui avait promise dès le sixième jour du boom universel, avant de se reposer.

Chassé de son paradis africain, l’homme haïtien se retrouve dans un enfer psychologique et matériel provoqué par ceux qui ont croqué la pomme. Comme pour les chrétiens qui attendent leur libération avec le retour du Christ, fils de Dieu fait homme ; les haïtiens, eux aussi, attendent le retour de leur sauveur, en dehors de l’évangile, à la manière et au caractère d’un Jean Jacques Dessalines, aussi fils de Dieu fait homme, Empereur et Seigneur politique pour toute la race noire, à partir de la date historique de l’indépendance quand Haiti s’est débarrassé des colons au nom de tous les hommes. Mort comme le Christ, crucifié l’hôtel de la gloire , trahi par des frères ennemis,  il nous a laissé cet héritage que nous devons défendre et protéger du bec et des ongles. Heureusement il y avait une Defilé pour s’occuper de ses restes et lui donner un sépulcre, comme l’avait fait Marie Madeleine. Ce qui nous permet de nous ressourcer et de croire qu’il est allé rejoindre ses racines, le temps de nous raviver afin de produire des bourgeons qui redonneront naissance à cet arbre géant que l’on appelle la liberté. « En me renversant, on n’a abattu à Saint- Domingue que le tronc de l’arbre de la liberté, mais il repoussera car ses racines sont profondes et nombreuses ».

2022 sera le début d’une ère nouvelle pour l’homme haïtien.

Conscient de l’importance d’un tel rendez-vous, DEFI se prépare à célébrer avec toutes et tous cette grande victoire de la lumière, notre humanité singulière, sur les ténébreuses entretenues par les suppôts de horreur, du serpent et de ses armées.

Comme pour le déluge, alors que Noé avait préparé le grand navire pour sauver son peuple ; DEFI a construit le notre, baptisé 2022, année de navigation vers des ondes plus généreuses pour la nouvelle société haïtienne.

Qu’il pleut, qu’il tonne, la mise en chantier est assurée et le bateau n’échouera pas.

Nous irons au loin. Possiblement vers nos sources africaines intarissables, vers notre paradis perdu, celui de l’humanité universelle où tous les hommes naissent égaux.

D’une seule voix, disons OUI, JE PEUX !

Accueillons de nouveau notre Empereur, notre Seigneur, l’Esprit de Dieu, le DEFI des non croyants.

OUI, JE PEUX !

Aux politiques, la politique : Aux citoyens, le social.

Au travail ! pour la construction de cette nouvelle Haiti dont nous rêvons toutes et tous.

 

ENGLISH VERSION

What does 2022 represent for and by DEFI?

Fertile and full site, pivotal date for the Great Haitian National Conference.
A great rendezvous with time, a pronouncement on the details of a story of more than three centuries of incessant struggles, which have not left breath to the Haitian man, standing despite everything, without sleep or food, the two eyes open day and night, constantly, to watch over the achievements of warriors; before the rejection of each other, of powerful adversaries, who do not let go of their deadly hold, between the rope and the chains of slavery.

Universal humanity, witnessing our colossal efforts, seems powerless despite the distress calls of our singular humanity. It has not yet responded to our challenges, before this cross planted at our doors, where the hope of a life does not exceed that of a sheep or a lizard.

The new born(s) of the after Vertières, humanity created in the annals of contemporary history, crucified at the temple of creation, between hope and despair, Claim their rights as legitimate sons of a free and independent nation to the Creator, that he may one day give him his recognition, and that he may attain absolute humanity. The one he promised her on the sixth day of the universal boom, before resting.

Chased from his African paradise, the Haitian man finds himself in a psychological and material hell provoked by those who chewed the apple. As for the Christians who are waiting for their liberation with the return of Christ, son of God made man; the Haitians, too, are waiting for the return of their savior, outside the gospel, in the manner and character of a John Jacques Dessalines, also son of God made man, Emperor and political Lord for all the black race, from the historical date of independence when Haiti got rid of the settlers on behalf of all men. He died like Christ, crucified the hotel of glory, betrayed by enemy brothers, and left us this legacy that we must defend and protect with our beak and nails. Fortunately there was a defile to take care of her remains and give her a tomb, as Mary Magdalene had done. This allows us to rejuvenate and believe that he has gone to his roots, time to revive us in order to produce buds that will give birth to this giant tree called freedom. “By knocking me down, only the trunk of the tree of freedom was cut down in Santo Domingo, but it will grow back because its roots are deep and numerous.”

2022 will be the beginning of a new era for the Haitian man.

Aware of the importance of such an appointment, DEFI is preparing to celebrate with all this great victory of the light, our singular humanity, over the dark ones sustained by the horror-mongers of the serpent and his armies.

As for the flood, while Noah had prepared the great ship to save his people; DEFI built ours, named 2022, year of navigation towards more generous waves for the new Haitian society.

Rain, thunder, construction is assured and the boat will not fail.

We’ll go far away. Possibly to our inexhaustible African sources, to our lost paradise, that of the universal humanity where all men are born equal.

With one voice, say YES, I CAN!

Let us welcome back our Emperor, our Lord, the Spirit of God, the DEFI of the non-believers.

YES, I CAN !

 

Je Plaide

26 Juin 2019

Mike Joseph