HAITI DANS UN VASE DE CONFLITS D’INTÉRÊTS

Vraisemblablement ou non, l’un des pays à faire déborder Le vase planétaire de conflits stratégiques s’appellerait Haïti. Depuis plusieurs années des rumeurs circulent sur la possibilité que dû aux ressources haïtiennes, souterraines et hors terre, les puissances internationales seraient jalouses et déterminées à obtenir leur part du gateau estimé à des centaines de milliards de dollars, en termes de ressources exponentielles. Pris entre les filets de ces puissances de la planète, dont certaines sont considérées comme des amies de longue date, d’autres comme des partenaires potentiels, ce pays est retenu dans une misère atroce, par cupidité des uns et des autres, et est devenu que peau de chagrin sur des squelettes de mornes dénudées incapables de produire quoi que ce soit pour les quinze millions d’âmes qui y vivent. Malheureusement, trop plein d’haitiens rendus fatigués de se battre contre cette ingérence politique filtrée de ces puissances, ne trouvent plus les moyens de contenir les enjeux.

Des ennemis, à notre connaissance nous n’en avons pas puisqu’il n’y a jamais eu confrontation. Mais, la jalousie et la convoitise étant particuliers aux peuples dominateurs, toujours à la recherche de pouvoirs absolus, sans le vouloir Haiti est  désormais la proie des nations en concurrence. Sans defense et vulnerable, elle est livrée en tant que nation entre l’enclume et le marteau. Que reste-t-il alors à faire pour sauver ce qui devrait être sauvé dans de telles conditions ?

Il revient à chacun de se prendre en main et de bien réfléchir sur la position à adopter pour aujourd’hui et pour l’avenir. Encore une fois s’il n’y avait point un Toussaint Louverture, un Dessalines  et tant de va-nu-pieds disposés à mourir plutôt que de vivre et de léguer à leurs enfants cette existence d’esclaves qu’ils avaient souffert, vous et moi, nous ne serions pas en ce moment à ce point capables de respirer l’air libre et illusoire de la démocratie. Au moins, un pas a été franchi vers un mieux-être.

Haiti aux yeux du monde industrialisé, civilisé pour certains, toujours de plus en plus sauvage pour d’autres, est un pays aux multiples ressources, tant humaines que materielles, mais gardé sous les ailes des Etats-unis d’Amérique, dans la crasse, pour être utile au moment opportun. Pendant ce temps, chaque jour, ce monde en question assiste à l’effondrement de cette société sans lever le petit doigt. Des hommes, des femmes et des enfants meurent par millier, faute de nourriture, par abus de pouvoir, jusqu’à un certain tournent, à la faveur de certaines circonstances. Entre temps que font les lettrés haitiens ? les plus capables de défendre la cause face aux prédateurs ?

Il est indispensable que les hommes et femmes de cette catégorie se positionnent et démontrent clairement leur disposition à négocier le present l’avenir de leur pays. Les enjeux sont forts et demandent de la clairvoyance, du courage et du civisme. Il est temps de voir ce pays comme une grande maison familiale que des parents, les ancetres, ont laissé en heritage, qu’il faut conserver, protéger et soigner à tout prix en tant que bien collectif. En plus de sa valeur sentimentale, le lieu par excellence où l’on retrouve son arbre généalogique, il est une source de bien-être et de capitalisation que nul ne peut ignorer ou contester. Il est indéniable d’affirmer son potentiel économique si des activités commerciales à grande échelle étaient entreprises. Surtout par les haïtiens de la Diaspora.

Les Etats-unis depuis trop longtemps ont fait d’Haiti leur chasse gardé. Cela veut-il dire pour autant qu’ils ont le droit de decider ce qu’ils veulent, et de faire des haïtiens des esclaves sans le dire litteralement ? NON !

Tant qu’il y aura des haïtiens comme nous, des héritiers de Jean Jacques Dessalines, de Toussaint Louverture, et des nombreux va-nu-pieds qui ont combattu l’esclavage au prix de leur vie, comme nous sur leurs traces, l’intégrité entière du drapeau, noir ou bleu, sera prononcée et tenue comme bouclier. Faute de vis-à-vis conséquent, le déficit constaté dans les rapports entre Haïti et le reste du monde, particulièrement les États-unis d’Amérique, est avilissant, scandaleux et désormais inacceptable. De ce fait, grâce à l’information aujourd’hui qui n’a pas de frontière, à propos des richesses et réserves souterraines et hors terre d’Haïti, il n’est plus question de laisser faire les indésirables sans défendre du bec et des ongles le bien commun à tous les haïtiens, uniquement à tous les haïtiens. Des rapports équitables doivent être établis quel que soit le partenaire.

Sans avoir la prétention d’apprendre à aucun, que la Chine et la Russie sont à l’oeuvre sur la question haïtienne, qu’elles se sont mêlées de la partie, entre la France, le Canada et les États-unis – à surveiller la Chine qui a récemment obtenu une position stratégique par le biais de la République dominicaine pour affaiblir l’hégémonie américaine sur l’Île –  il y a du pain sur la planche pour les irréductibles comme nous.

Lutter intelligemment, conséquemment, patriotiquement, integralement, honnêtement, de façon dévouée et absolue; voilà notre courroux.

La prise en charge de notre société nous revient de droit, et n’est point l’apanage d’un quelconque intermédiaire ou d’un ayant droit. Cette prise en charge est ultimement exigée en faveur du plus grand nombre.

La République d’Haïti doit désormais actualiser ses lois en souffrance, et les appliquer contre tout contrevenant.

Cette campagne intensive de DEFI, d’organisation sociopolitique et économique, tant en Haiti que dans la Diaspora haitienne, ne souffrira plus d’attente et fera oeuvre qui vaille malgré les complexes et préjugés de nature et de mauvais goût, aux couleurs locales et internationales. Nous sommes fin prêts pour le DEFI.

Il y en a sûrement qui feront tout pour nous discréditer. Des amis ou sympathisants, espérons qu’ils sont ou seront nombreux car nous en avons besoin. Nous ne les connaissons pas tous, mais certains d’entre eux se sont déjà manifestés dans le bon sens.

Finalement, les sympathisants et amis de DEFI disent à l’unanimité qu’ils en ont assez des salades à la sauce démagogique, que rien ne leur serait plus cher qu’un régime d’austérité et de vertus patriotiques. A pied d’oeuvre, aux côtés des nombreux citoyens qui réclament le changement radical, pour une Haiti nouvelle; pas à pas nous le bâtirons ensemble, sans détour.

Assez de discours. Au travail.

On ne construit pas un pays uniquement avec des discours. « Le travail est la loi du monde. »

DEFI vous assure qu’il est capable de participer au premier plan à la refondation d’Haïti, et d’en faire un lieu où il fait bon vivre. Il suffit de lui prêter la main.

Qu’on ne se laisse pas abattre par l’hostilité, d’où qu’elle vienne.

 

27 Juillet 2019

Mike Joseph