Alternative politique et économique de DEFI

La vraie révolution dans le sens moderne du terme

Alternative politique et économique de DEFI
La vraie révolution dans le sens moderne du terme
 
En ce 30 Juillet 2019, après maintes réflexions sur les rapports entre Haïti et les pays industrialisés, particulièrement  avec les Etats-unis, qui n’ont apporté que misère, déshumanisation, dégradation et désolation sur le sol haïtien; DEFI sonne l’alarme et demande à tous les haïtiens de prendre leur courage à deux bras et de renoncer aux habitudes néfastes de suivre aveuglément ces pays dans leur concept diplomatique d’assujettir les peuples sous développés et de les garder éternellement dans un rêve qui n’aboutira jamais. Le monde capitaliste, tel qu’il est, n’accordera jamais un pouce de développement et de liberté à cette source  de richesse pour lui seul, pour ces pays prédateurs, que représente le tiers monde. Le coeur n’y est pas.
 
De plus en plus, il est constaté que des pays comme Haïti, qui ont cru dans l’illusion du capitalisme, ces pays n’ont pas réussi à améliorer leur condition de vie, au contraire elle s’est empirée. Donc il y a quelque chose qui ne va pas après toutes ces années. Ils servent uniquement de cobayes au capitalisme et se font plumer de la tête jusqu’aux ongles, jour et nuit, comme une prostituée qui n’a plus le droit de refuser un client, tellement le dollar est devenu pour elle la seule source de vie. Et pourtant, si on accepterait de vivre plus simplement, dans la prospérité naturelle en lieu et place de la prospérité économique, l’autorité capitaliste aurait perdu de sa force et finirait par accepter de négocier à partir des valeurs réelles de la vie.
 
Tout peuple a le droit de choisir la formule de son existence. Une vie simple et pratique serait définitivement le programme idéal pour les peuples qui ont échoué dans le monde du capitalisme. Pour cela, il faudrait concentrer nos efforts sur les besoins réels par rapport aux besoins superficiels.
 
Compte tenu de toutes ces années de retard; deux cent quinze ans de mensonge, de coercition, d’exploitation ehontée, d’esclavage, de mainmise, d’abnégation et de coupe réglée, notre besoin s’est transformé en urgence au point qu’il n’est ni le développement, ni l’industrialisation, ni le tourisme, ni les gratte-ciel, ni le train à haute vitesse, ni le dollar; il est tout simplement le travail autonome d’assurer le pain quotidien à chaque haïtien, littéralement, par la production agricole, la pêche et l’artisanat. Ensuite, par le renforcement des institutions scolaires, judiciaires et policières, établir une société de droit commun où chacun finirait par vivre en paix dans son environnement. Ce besoin est d abord et avant tout l’autosuffisance. POINT BARRE.
 
Nous avons vécu deux cent quinze ans sans électricité, et survécu tout ce temps là sans eau. C’est assez ! Le bon sens devrait nous indiquer la voie à suivre. Un peuple peut vivre éternellement sans électricité mais pas un jour sans eau. Voilà ou se trouve notre déficience.
 
De tout temps et dans notre enfance, nous avons appris que la vie en général n’est possible que grâce aux quatre éléments indispensables de la nature ; alors ! comment nous sommes-nous laissés conduire vers cette négation, à savoir : ignorer la notion fondamentale d’une existence pleine et entière en tant qu’être ?
 
Notre malheur aux yeux du monde c’est que nous n’avons pas encore prouvé que nous sommes des humains doués de bon sens. Le jour où nous finirions par voir plus loin que le bout du nez, là, la vraie révolution dans le sens moderne du terme, la seconde dans notre histoire de peuple éclairé, commencera.
 
Voilà ce que propose DEFI :
L’eau, source de vie : la culture agricole, source d’autonomie et de dignité.
 
« Le travail est la loi du monde. »
 
 
Je Plaide
 
30 Juillet 2019
 
Mike Joseph