PAUVRES DIABLES !

J’aurais pu être l’un d’entre eux :

Ce premier citoyen mal aimé à force de se mentir et de mentir aux autres ; qui n’aurait pas dû l’être et qui essaie de s’en échapper , mais ne le peut pas sans subir le courroux de son maître. Menacé à l’intérieure , comme de l’extérieure , sa sentence déjà prononcée il joue sa dernière carte, le 7 de trèfle ;

Ce maître chanteur qui n’a plus d’audience, un ex président, en train de devenir fou et chante malgré tout, tout seul, privé de carnaval; jouant au ballon dégonflé avec Jojo et Roro, tire dans un filet désert, çà tombe à deux pas devant lui. La famille, dans le gradin, applaudit quand même pour le réconforter ;

Cet autre laquais, musicien de mass dont le compas s’oublie au profit du gang ; nostalgique du bon vieux temps , aux appétits gourmands , qui s’était lancé en affaires sous les ailes d’un Kétan déporté ; privé de ce soutien s’est fait politicien ; s’accapare de richesses impromptues et devient la risée de toute la République ;

Ceux qui se barrent, on ne sait où, on ne les voit plus, on ne les entend plus en ces temps d’inquiétude malgré leur arrogance, sont-ils au frais avec leur Rhum Barbancourt ou du Chivas Regal ? Ils se soûlent sûrement à longueur de journée, et la nuit ne dorment pas sans un verre à la main ;

Ces juges qui n’osent pas, par peur de subir le sort de Me Joseph, le dernier des plus braves, retrouvé mort, sans doute par congestion face à l’insolence de ce monstre impudent.Il n’avait rien vu de pareil de toute son existence. Un koulangèktmanman tellement sonore lui a enlevé la parole, suivi peut-être de taloches impertinentes ; tout ceci la emporté ensuite dans l’agonie, et depuis ce jour là il s’en est pas remis ;

Ces hommes de loi privés de vocation, traitant leur abcès maligne sans consultation ; buvant leur colère, s’il reste encore un peu à force d’épuisement, ou reste-il fraction de ce qu’ils ont appris, de leur toge poussiéreuse des taudis qu’ils fréquentent puisque personne dans le grand monde ne demande leur service ; finiront-ils un jour par se mettre debout, demandant la parole? car s’ils le font, le droit l’emportera. Est-ce à nous de le dire ? Ne le savent-ils pas ? que la justice est seul Roi, que rien ne la surpasse ?

Cette force policière – la seule légitime parmi toutes ces armées, nonobstant le défunt revenant  »Les forces armées d’Haiti » sciemment montées pour servir leur bienfaiteur – dont le souci premier est le pain quotidien, se tiendra t-elle debout les armes à la main , si par bonheur un Guy Philippe est libéré sous condition ???

De ce groupe de bourdon, replié sur lui-même, ne trouvant aucun argument, ne sachant ni comment ni quoi  faire devant la révolte populaire contre le pillage de Petrocaribe, – sortira t-il quelque chose, y a t-il un avenir pour ce bateau ayant atteint le bas-fond, dont la remontée serait aussi périlleuse que la descente ?

Ces Ambassadeurs, ces diplomates, ces consuls, tous en exil doré sous prétexte de mission diplomatique auprès des pays hôtes, ont-ils l’audace de dire face à leurs vis-à-vis qu’ils représentent un pays ? Emile Saint Lot leur dirait :   »Que, qui et quoi représentons-nous, mesdames, mesdemoiselles et messieurs ? Ayons le courage de contester l’opprobre, en joignant notre voix aux nombreux citoyens conscients de leur misère et dans leur tourment, à la contestation qui signe chaque jour dans les villes et dans les campagnes, et qui ne s’arrêtera pas contre la présence de ce président diffamé ;

Enfin ! ces hommes, ces femmes et ces enfants en guenille, le ventre vide, qui crient leur désarroi au monde et espèrent une réponse par dessus tout, ils ne peuvent pas oublier. Oublier quoi ? A cette dimension de l’existence où tout vaut et prévaut, on ne peut pas oublier. La résignation souhaitée ne fera pas acte de velléité cette fois-ci. Le temps est mûr pour une révolution sans quartier, quelque chose qui marquera l’histoire plus incisivement que celle de tous les temps. De ceux-là, oui je suis du nombre, et je vous en fais part à tous solennellement.

 

Je Plaide

14 Septembre 2019

Mike Joseph