L’Impérialisme a ses limites…

 »L’impérialisme a ses limites qui ne dépassent point les frontières du raisonnable et du bien-être collectif, surtout lorsqu’il ne rencontre pas les aspirations légitimes des citoyens du monde. » Dixit Mike Joseph

 

PACTE SOUVERAIN DE RÉHABILITATION, DE RENAISSANCE ET DE RECONSTRUCTION D’HAÏTI

l’Haïti de Jean Jacques Dessalines ne s’étant jamais renouvelée depuis la mort de l’Empereur, face aux assauts incessants des colons aguerris, DEFI se lance, avec toute sa force, vers les appels patriotiques pour la réhabilitation, la renaissance et la reconstruction d’Haïti, afin que celles-ci se renouvellent à travers un pacte national constitutionnel.

En tant qu’organe politiquement et totalement engagé de la société civile haïtienne, sa vocation inédite étant l’organisation intégrale de cette société civile désormais orientée à bon droit vers une structure d’inspiration et d’accompagnement de l’État haïtien dans sa fonction régulatrice gouvernementale, il est indispensable que DEFI demeure à jamais une organisation complètement indépendante, quel que soit le rôle qu’il aura à jouer en parité avec un gouvernement national haïtien. Sa participation au niveau de tel ou tel gouvernement sera toujours symbolique, tandis que pour presque tout le reste cette participation sera totalement effective et civique. Nulle autre organisation, et dans le fond et dans la forme, ne peut mieux aspirer à représenter les intérêts suprêmes et souverains de la Nation haïtienne.

En ce qui a trait à la Diplomatie, DEFI se tiendra toujours loin des Ambassades, laissant cette structure de déstabilisation relative à ceux qui ont la préparation et la capacité d’y faire face. Ce piège de nature purement politique est laissé aux administrateurs de l’État.

Dans sa virginité politique, par rapport aux autres organisations qui n’ont pas su garder la leur compte tenu des influences néfastes, contradictoires, prétentieuses et intéressées de la diplomatie formatée, DEFI portera très haut l’étendard national en matière de souveraineté. Les représentants de l’Impérialisme conflictuel, tel que nous le subissons, non orienté vers un humanisme sociétal, leur capitalisme étant ce qu’il est, seront toujours obligés de faire le travail de leur patron, et nos relations avec eux seront carrément incompatibles. Pour cela, mieux vaut que chacun reste dans son petit coin.

En reprenant le vocable si cher au docteur François Duvalier, ex président d’Haïti, DEFI se veut être  » gardien des révolutions et de la révolution en cours. Est-ce pourquoi il a été juge nécessaire que la société civile haïtienne soit dotée de structure et d’un drapeau particulier, un DEFI permanent, comme signe de rectitude et d’indépendance vis-a vis de l’État haïtien et de tout ce qui serait tendancieux à l’intégrité et à l’évolution culturelle et politique d’Haïti.

Notre collaboration avec tous est ouverte et partagée. Notre identité est inviolable et trouve sa force dans son caractère absolu d’indépendance. Les contrats de réciprocité sont possibles, en termes de services techniques, avec ceux qui seraient intéressés à notre expertise et assistance particulière, mais nous refusons toute subvention d’un gouvernement haïtien ou étranger.

Chaque sous recueilli sera strictement comptabilisé pour les besoins de la cause. C’est de là que sera initiée et sera réalisée la rédemption d’Haiti et des citoyens haïtiens. Un modèle fort comme le nôtre ne pourrait souffrir de compromission.

Le jour se lèvera avec DEFI, le subliminal arc-en-ciel du territoire haïtien, cette moitie de l’île jalousement et constamment mise en péril pour avoir osé remettre en question des prétentions racistes de la trop gourmande idéologie capitaliste et impérialiste.

En tant qu’universaliste réservé, notre intérêt pour le capitalisme et pour l’Impérialisme n’est pas nocif, sauf qu’il est conditionnel et exige une ouverture sur un humanisme profond envers les peuples en difficulté, que les puissances occidentales ne peuvent s’offrir.  » Que sert-il à une civilisation de gagner le monde, incapable par son goût délibéré du luxe de répondre aux appels de détresse, quand la plus grande partie de celui-ci est marginalisée, crève de faim et vit dans l’abjecte ? Gaspilleuse des ressources planétaires, elle appauvrit le plus grand nombre à l’avantage éhonté d’une infime minorité composée d’humains autant que nous. Cette civilisation, preuve à l’appui, depuis tout ce temps qu’elle a la main haute sur le monde, ne pourra jamais aider les hommes à atteindre la terre promise. La sérénité mondiale est loin d’être son objectif.

A ceux qui veulent faire croire que les haïtiens sont des demi sujets, 1804 notre acte de baptême et de naissance a prouvé et inscrit dans les annales de l’histoire du monde que les haïtiens et Haïti sont des sujets à part entière, et qu’ils entendent le demeurer contre toute velléité raciste et antidémocratique. Notre contribution en ce sens est universelle et sans appel.

Aucun autre peuple n’a autant versé son sang pour la liberté. Sauf l’Afrique d’où nous sommes tous issus. Nous le ferons encore et toujours, tant que les concernés ne comprennent l’absolue nécessité de vivre libre pour chaque haïtien. Et s’ils ne comprennent toujours pas après tout, ils ne comprendront jamais; et l’ordre divin interviendra en notre faveur en les faisant périr de/dans leur incrédulité.

Sont invités à signer ce pacte avec Haïti, l’ensemble des organisations et institutions nationales et internationales désireuses et capables, vis-à-vis l’intransigeance et l’ingérence maladives des puissances impérialistes, de soulager le monde de cette pathologie humanitaire.

Ce Pacte est le seul vrai dialogue nécessaire, à entreprendre, avant l’ouverture indispensable de la GRANDE CONFÉRENCE NATIONALE HAÏTIENNE, souveraine.

 

Je Plaide

05 Octobre 2019

Mike Joseph