TOUT LE MONDE A PITIÉ DE NOUS, SAUF NOUS DE NOUS-MÊMES

De quelle étoffe sommes-nous vraiment ? Est-ce naturellement que le nombre de misères à ce point gigantesque ne provoque le renoncement à l’inaction ? ou est t-il lieu de conclure que l’homme haïtien est tellement broyé par l’ironie qu’il arrive à peine à discerner le bien du mal, la faim de la fin?

Prétendre que le cas haïtien s’achète à coup de mille gourdes est une légèreté que l’ on ne devrait pas commettre. Non seulement ce jugement simpliste enlève aux souffrants ce qui leur reste de dignité, il les condamne aussi à subir doublement, assaut, mépris, abus et isolement de la part de ceux et celles qui auraient pu les aider. Votre contribution néfaste à la cause juste dans cette égoïste conclusion complique davantage une situation qui est déjà catastrophique.

La lutte pour le bien-être collectif n’a jamais atteint même à 1% de ce qu’elle aurait pu/dû atteindre. Déjà par ce mépris pour les laissés pour compte, dans deux cents ans encore, si la tendance à les ignorer se maintient, l’énorme fossé dans lequel on se trouve, le peuple haïtien dans son entièreté sera rendu au stade critique de la bête. Et pas n’importe laquelle. Voilà pourquoi les voix s’élèvent dans tous les sens, de plus en plus, pour que cette majorité souffrante, constamment, continuellement et gravement tenue esclavagée, trouve un peu de répit dans son Alma mater.

Saisissez-vous! messieurs, mesdames, les bienheureux ; Soyez prudents que votre assertion ne vous condamne à devenir un jour la plèbe dans votre Patrie. Croyez-le ou non, çà peut vous arriver.

Je Plaide

10 Octobre 2019

Mike Joseph