VIVE la Diaspora ! VIVE Haïti !

Alò sim konprann byen, amériken rantré, anvahi péyi ya sou kadav gason vanyan ki tap chèché libèté épi noumenm kounyé ya nou chita nap tann 200 zan ankò nan charité ak lespwa ke yap fèw bagay pou nou ?  Nou réziyen nou ?

Fwa sa bagay la pap pasé konsa. Sonjé kisa Martin Luther king té di nou anvanl mouri :

 » Si nou paka tounen yon gwo pié bwa chèché wè si na tounen yon rajé ; si nou paka yon gran wout chèché vinn yon chemin ; si nou paka yon soleil chèché vinn yon étoile ; sé pa gwosè ak lajè kap fè nou pèdu ou ganyen, sé sa nou yé ya. Chèché fè pi byen sa nap fè ya poun vinn yon méyè kalité mounn nan vi nou. Si nou paka volé, kouri ; si nou paka kouri, maché ; si nou paka maché, rampé. Ninpòt kijan, kontinué avansé. MARTIN LUTHER KING

NON ! à la Chine ; NON ! à la Russie ; NON à la France ; NON ! aux États-unis.

VIVE la Diaspora ! VIVE HAÏTI !

Notre Diaspora à elle seule peut répondre à tous les besoins d’Haïti, sans hypocrisie, sans malaise, sans détour et sans intérêt caché. La principale mission de DEFI dans la diaspora est de porter ce message aussi loin qu’il le peut, espérant que les haïtiens et haïtiennes en général comprendront que rien ne peut les empêcher de jouer ce rôle qui leur est dévolu.

YO FÈ nou pa kwè nan pèsonn ankò. Nou di sé pa vré. Plen ayisien kankoum, kankouw, ki konsékan asé pou relvé diyité ayiti.

Nou pran baton péléren nou pounn chèché ayisien sa yo ki pap pè di NON a étranjé lè li pa konfòmél devan drapo péyi d’ayiti. Ayiti gen tout sa li bezwen andedan li ak nan Diasporaa pou pitit li viv byen é ak diyité. Nou pa gen pwoblèm ak zòt si li bezwen explwaté sa ki nan sou-sol nou yo, men lap négosié ak patriot serie, onèt, pou sa ka fèt. DEFI bannou garanti ke lap goumen pou tout ayisien viv byen.

Pourquoi NON ! aux puissances étrangères ?

Parce que le bien qu’elles procurent nous rendra toujours dépendant en tant que pays à caractère unique victime de complexes raciaux et d’hégémonie politique. Haïti ne saurait être autre chose que ce dont elle a les réserves pour continuer sa route, coupée dans son essence depuis le jour de son indépendance.

Deux entités égales à une même troisième sont égales entre elles. Autre que la souveraineté nationale que les haïtiens ont réalisée depuis la guerre de l’indépendance, que les américains ont refusé de reconnaître et continuent de contester à leur manière, que la France a monnayée, que le reste du monde simplement considère comme une histoire, en particulier la Russie et la Chine qui ne voient que sa position stratégique et les richesses de son sous-sol ; en quoi Haïti est-elle égale aux autres ? Pleins de nous-mêmes, nous sommes fiers de nos grattes-ciel, ces montagnes majestueuses où tant de marrons inconnus ont séjourné et y séjournent encore; Ceux qui nous ont libérés de l’esclavage. Tout ce qui est à venir doit être le fruit de nos entrailles. La modération aura toujours meilleur goût comparé à la course mortelle du développement qui ne peut plus se satisfaire sans la course parallèle à l’armement nucléaire.

Haïti ne peut pas s’aligner avec qui que ce soit sous prétexte que telle ou telle puissance lui sera bienfaitrice. Elles sont toutes prises au piège de la civilisation, car elle n’est pas faite dans la paix. Au contraire, c’est sur le dos des peuples pacifiques que les puissances sont devenues ce qu’elles sont : abondamment riches, gourmandes et sans retenu à l’égard de leurs victimes.

« If you can’t fly, run ; If you can’t run, walk ; If you can’t walk, crawl, but by all means, keep moving. »