QUASIMODO 2020

2020 QUASIMODO

Y aura t-il vraiment carnaval en 2020 et plus tard en Haïti avec ces quasimodos ?

À ce point !!!???

Où sont passés les dieux de nos ancêtres ? Sont-ils tous eux aussi devenus des QUASIMODOS ?

Un petit rappel sur le profil de l’homme en question.

Résultats de recherche d'images pour « quasimodo »

À cause de son allure, bien des gens voient en ce personnage le monstre parfait auquel les hommes quand ils en sont comparés et exposés ne méritent que la potence. En effet, lorsque l’on arrive à saisir la dualité qui s’opère chez l’être humain, si en apparence il est détestable au point d’un quasimodo, aucune chance ne lui sera accordée dans le monde des vivants.

Même le chien, de nature extrêmement sensible, le meilleur ami de l’homme, quand il subit un revers de sa main ne prendra de lui même pas un gigot d’agneau. Au premier coup de pied reçu, il n’oubliera jamais ce visage qui le lui aura administré, et se gardera de lui faire à nouveau confiance. Si après lui avoir manifesté beaucoup de rejet celui-ci persiste à vouloir le convaincre qu’il est sain d’esprit, le chien s’enfuira loin de son entourage et ne voudra plus jamais de son amitié. Il ne l’oubliera jamais.

Imaginons-nous dans ce monde, comme des chiens entourés de quasimodos ; et Quand ils ne le sont pas en apparence, ils le sont encore pire dans leurs mœurs, leur nature profonde.

Ces hommes au pouvoir en Haïti, ne devraient-ils pas subir le même sort que réserve le chien à celui qui lui prend son os ? Vous avez une idée ? Une poursuite effrénée jusqu’à ce que le fainéant, l’intrus, lâche le morceau.

En réalité, voilà que dans notre monde les choses ne se passent pas comme cela. Les quasimodos haïtiens effectivement nous traitent comme des chiens, reviennent à leur case quand ils veulent, autant qu’ils veulent, nous laissent leur vomi après nous avoir pris notre bien le plus précieux : un os chargé de bonne viande ; que nous reprenons à travers ce vomi, désespérément, avec engouement, comme un succulent repas à ne pas rater.

À ce titre, méritons-nous d’être vus comme des humains à part entière ou plutôt comme une espèce d’un ordre tout à fait particulier ?

Si après tout ce branle-bas contre les quasimodos, le peuple haïtien accepte d’aller danser au carnaval, avec eux, par eux, pour oublier sa peine et sa misère, nous sommes effectivement une race à part qu’il faudrait considérer comme telle, dont le qualificatif shithole historiquement énoncé pour Haïti par le monstre de Washington est tout à fait juste et nous convient à merveille.

Comment est-ce que le monde nous verra t-il ? Un jour nous demandons la tête de nos dirigeants, le changement radical d’un système d’apartheid, et le lendemain ils nous font danser le carnaval pour prouver au monde que nous ne méritons aucune considération, que personne ne devrait se soucier des plaintes exercées contre eux pour leurs forfaits.

Allons-nous tomber dans ce piège ? Irons-nous vraiment danser le carnaval ? N’est-il pas temps de dire au monde que nous sommes de vrais humains ? Qu’en est-il de Petrocaribe ?

Je Plaide

19 Janvier 2020

Mike Joseph