LE MOMENT CRUCIAL OU L’HEURE DE LA GRANDE VÉRITÉ

DEFI

LE MOMENT CRUCIAL OU L’HEURE DE LA GRANDE VÉRITÉ

De quel côté seront les gangs armés entre les policiers révoltés et l’administration Moïse/Martelly ? Quelle option choisiront-ils ? De la dépend l’orientation de la politique pour le meilleur ou pour le pire.

Voyons de quelle intelligence ou de quel pardon sera l’avenir pour les haïtiens.

Si les gangs, bien armés comme la rumeur le prétend, se retrouvent du côté de l’administration Moïse/Martelly, le massacre prévu est déjà évident.

Sans l’aide souhaitée de la population haïtienne, le bain de sang sera dans le camp des policiers. Au contraire, si les gangs décident de donner leur support aux revendications policières, les jeux sont faits pour Les deux laquais du palais national, et cela démontrerait que la révolution haïtienne est sur la bonne voie.

Donc, pour éviter une répétition de 1986, vice versa, le supplice du collier appliqué aux macoutes des Duvalier, dans le plus bref délai Jovenel Moïse devrait quitter le pouvoir, et des changements majeurs devront être opérés dans le haut commandemment de la police nationale d’Haïti.

L’administration américaine, si elle ne joue pas double jeu dans cette nouvelle et surprenante aventure, entre la police et Jovenel, enverra les marines pour garantir encore une fois la survie de ses valets ou laissera faire pour sauver Les meubles.

Dans le dernier cas de figure, les américains auront laché Jovenel et Martelly qui seront finalement livrés à la population. Une façon expéditive de mettre fin à cette trop longue et coûteuse mésaventure dont ils finiront par faire les frais si cela continue. IL n’y a pas d’autres solutions.

Si Yanick Joseph et ses troupes ont encore une marge de manoeuvre, qu’elle soit assez significative pour la propulser au timon des affaires. Ainsi, pour la première fois dans l’histoire, une femme sera couronnée cheffe révolutionnaire à la tête de la police nationale d’Haïti.

Et qu’adviendrait-il des gangs armés s’ils arrivent à faire le bon choix ? Souhaitons-le –
(tous les gangs, pas les voleurs de grand chemin) ils seraient recrutés et apaisés. La paix reviendrait dans la cité ; les bandits légaux condamnés et jugés ; Et adieu la bêtise au plus haut de ses attraits folkloriques.

Le peuple haïtien aurait gagné encore une fois une grande bataille contre les préjugés, le racisme, le mépris de sa souverraineté, et l’ingérence outrancière des pays soit-disant amis. Mais la guerre contre l’appartheid et le colonialisme devra continuer sur tous les fronts, car les puissances hégémoniques ne feront pas de cadeau aux peuples noirs. C’est un droit fondamental de surveiller les prédateurs, la défense étant elle-même un droit sacré : DEFI = Droit-Ethique-Force-Intégrité

Concertons-nous et faisons la grande traversée.
Ouvrons les portes des assemblées pour la Grande Conférence Nationale Haïtienne, maintenant et pour toujours.

Lorsqu’un pays a comme modèle et specimen le genre Michel Martelly et Jovenel Moïse en tant que premier citoyen, tout est à faire pour le reconstruire. C’est qu’il a atteint le point zéro.

Je Plaide
19 Février 2020
Mike Joseph