LA CANDIDATURE DE DEFI

LA CANDIDATURE DE DEFI ???
OUI JE SUIS CANDIDAT

LA RECONSTRUCTION D’HAÏTI PASSE PAR LA CONSTRUCTION D’UN ÉTAT FORT.
Çà ne peut se faire avec un seul homme.

SI L’ÉTAT HAÏTIEN en situation de putréfaction, alité et mourant, refuse l’aide politique de la Diaspora mais se console dans la gourmandise avec sa générosité aveugle, il mérite l’anesthésie pour nous soulager de sa maladie incurable. Qu’il aille au diable avec tous ses sujets qui devraient être les premiers à crier contre les loups dans la tanière et dénoncer cette injustice.

S’il y a des dispositions exceptionnelles à prendre pour garantir la participation des membres de la Diaspora haïtienne à tous les échelons de la vie politique, qu’elles soient mises en concours et en évidence, comme priorité d’appoint, pour le bonheur du plus grand nombre et de tous les haïtiens en général. Ce n’est pas quand le bateau qui est en train de couler atteindra le fond de l’océan que nous autres pourrions lui apporter secours. C’est maintenant, pendant les noyades, que les vies doivent êtres sauvées. Ensuite, on verra s’il y a moyen de récupérer la coque et la cargaison.

Depuis trop longtemps les funérailles s’annoncent; tous, nous savons qu’il n’y a pas moyen de sauver le malade, alors pourquoi donc le garder en vie avec autant de souffrance, malgré ses appels pour qu’il soit enfin libéré.

De quoi et de qui avons-nous peur ? De nous-mêmes ? De nous-mêmes et des autres ? De nos ombres ? À ce point ?

Si tel est le cas, fermons la parenthèse et crions faillite pour que ceux qui n’attendent que cette disposition, de démission, de lacheté collective et d’apatridie viennent pousser le tabouret du pendu et récupérer le cadavre.

OUI JE SUIS CANDIDAT parmi les honnêtes citoyens et citoyennes qui veulent et se sentent capables de relever ce DEFI pour un État fort. Autrement je resterai civil pour le reste de mes jours.

Mettons tous la main à la pâte. C’est la seule solution. Que vous soyez menuisier, charpentier, mécanicien, tailleur, médecin, professeur, avocat, ingénieur ou autre, votre place est là ; et personne ne pourrait vous l’enlever, point barre !

Dès maintenant, soyons à l’oeuvre.

Je Plaide
31 Mars 2020
Mike Joseph