A CHACUN SON MÉTIER

Depuis la création de ce mouvement de DEFI, je me suis arrangé pour plaider la cause de mon pays avec toutes et tous, entre nous les haïtiens.

À ce niveau du droit, puisque je ne suis pas un homme de loi, ce n’est pas de profession que je plaide, que j’appréhende, que je confronte le mal absolu qui ronge la société haïtienne, mais plutôt de métier, ce métier de plaideur qui s’offre aux plus offrants, que j’interpelle le sentiment patriotique qui sommeille chez les uns et les autres, mes sœurs et frères haïtiens.

Je sais combien nous aimons notre pays, au point qu’il serait inapproprié d’en discuter, car donner son avoir à si fort volume se passe de commentaires. Pour cela, dans ce nouveau métier qui fait partie désormais de ma carrière professionnelle, j’implore votre sens de la mesure, devenu rare par la force des choses dès qu’il s’agit de prêter le coude à un concitoyen qui fait vœu de bonne foi dans ce cirque qu’est devenu notre pays.

Permettez, chers(es) compatriotes, que je vous demande à toutes et à tous, une fois de plus, de joindre les coudes tendus de milliers d’entre nous, afin que tous nous continuons à plaider en faveur de cette cause plurielle, Haïti, qui a déjà reçu tant d’agrément de votre part.

Tel que prononcé dans vos agissements, ces milliards de dollars versés depuis des années, sans jamais rien demander en retour espérant tout simplement que les choses changent pour le mieux, ce qui permettrait la sauvegarde d’Haïti et des haïtiens contre les infamies répétitives trop longtemps pratiquées à leur égard, ces dollars ne peuvent servir uniquement aux autres et ne pas apporter un minimum de réconfort dans nos familles attristées. Par méchanceté et ignorance, plus d’un nous gardent encore dans l’expectative; et pour celles et ceux qui sont demeuré(es) directement sous leur gouverne, ils les gardent dans la misère et la promiscuité.

J’ai déjà lancé une loterie de DEFI en rapport avec la compétence et le souci, une façon de souscrire à la recherche de vecteur en faveur des leaders potentiels et des citoyens et citoyennes désireux de contribuer à l’émergence de cette Haïti que nous cherchons et voulons toutes et tous. Je lance cette fois encore un DEFI majeur à quiconque voudrait faire mieux que de droit, espérant toujours que le moment viendra où tous nous finirons par prêter le coude, pour un coude à coude sans interruption.

En ce jour, à travers le projet national de développement intitulé : « Jaden lakou » je m’engage à déposer $1.00 par jour dans le compte désigné à cet effet, soit jusqu’à ce que sonne l’horloge de cette union, soit jusqu’à mon dernier soupir.

De quelque point où que vous soyez, qui que vous soyez, je vous invite à faire ce geste d’amour et de compassion envers le pays, le premier pays noir qui s’est révolté contre l’esclavage mais qui se retrouve encore aujourd’hui plus esclave que jamais sous les griffes de ceux à qui nous avons fait mordre la poussière dans le passé. Le premier pays à dire NON ! contre le racisme, où la liberté s’est souverainement érigée en DEFI contre l’arbitraire.

En Gourde, en Peso, en Dollar, en Franc et en Euro, une seule pièce suffira. Qualifiez-vous par ce moyen, pour dire NON ! encore une fois, face au génocide planifié et à la soumission totale de notre espèce.

Il ne s’agit pas d’équivalent. Cela veut dire : 1 gourde si vous êtes en Haïti ; 1 peso si vous êtes en République dominicaine ; 1 dollar us si vous êtes aux États-unis ; 1 franc ou 1 euro si vous êtes en Europe. Symboliquement, signez votre engagement envers Haïti et redevenez par ce simple geste celui qui donne le coup d’envoi pour l’anéantissement de la faim sur l’Île qui fût classée tout récemment encore, il y a à peine quelques années de cela : LA PERLE DES ANTILLES.

À vous l’honneur. Recevez d’ores et déjà, chers(es) compatriotes, mes remerciements anticipés.

 

Je Plaide

16 Mai 2020
Mike Joseph