SI TEL CANDIDAT…

Si tel candidat de fortune, cette rose folle et épineuse entre nous, détenteur de passeports étrangers, a pu devenir président d’Haïti au vu et au su de tous – toléré par les institutions et les autorités – , tout candidat d’origine haïtienne peut devenir Chef d’État en attendant que le blasphème soit conjuré par la constitution au prochain tournant. DEFI met en garde quiconque voudrait contester la candidature de X ou de Y de nationalité haïtienne, sous prétexte que celui-ci ou celle là serait détenteur/détentrice de passeport étranger.

Tant que les autorités haïtiennes et leurs complices ne se conforment et se mettent au dessus de la loi mère, pendant que les bandits devenus légaux font choux et rave suite à leur soumission aux diktats ainsi soit-il, soit que leurs élections ne seront pas reconnues comme patrimoine historique dans le livre de la nation haïtienne, soit que tout un chacun ait droit au même traitement. Cela voudrait dire que les barrières de citoyenneté étrangère sont tombées pour les haïtiens et haïtiennes ayant opté pour une citoyenneté de fortune.

Armons-nous de courage et d’audace, autant que le premier ou le dernier des délateurs en date – qui tente de refaire son imposture.

Notre pudique réserve et notre respect sacré de la constitution haïtienne qui ne trouve aucune considération auprès des instances concernées sont à ce point éprouvé, que le seul moyen de compenser le déficit c’est de mettre en marge ce souci capital du détail, question d’être pratique, et d’abhorrer les armures de défense civique issues des conquêtes anti-esclavagistes. Car, « LE VOLEUR REVIENT SÛREMENT ET TOUJOURS SUR LE LIEU DU CRIME. »

Je Plaide
09 Juillet 2020
Mike Joseph