LA CIVILISATION CONTAMINÉE

LA CIVILISATION EST CONTAMINÉE, LE TIERS-MONDE EN EST ÉPARGNÉ tant que ses sujets tiennent à leur peau.

Lequel de ces deux mondes, bourreau versus cobaye, est moins nocif pour le corps, l’esprit et la santé universelle?

Sans hésiter le quart d’une seconde, il faudrait que l’on soit totalement plouf pour ne pas opter pour le tiers (En passant, s’il est question de tiers-monde, nous autres, qu’en est-il de l’autre monde, le second, celui qui se trouve entre les deux ?). Comme dans tout entier il y a quatre quarts ou trois tiers, selon eux il existe aussi un sous-monde; quelque chose entre les deux ou après nous les non  »civilisés ». ??? Des aberrations à n’en plus finir. Question d’intérêt.

Cette pseudo civilisation, au lieu de faire la promotion de l’homme s’intéresse plutôt à sa perte. Dans mon petit cerveau, si j’avais le pouvoir de mener le monde, en tant que première puissance, je choisirais le bonheur pour tout un chacun au lieu de maintenir constamment les gens dans la peur. Si c’est là ce que l’on appelle civilisation, je crois que chacun a le droit de décider de quelle est sa meilleure option en matière de bien-être.

Chaque jour de plus, dans cette fournaise ardente qu’est devenue  »la civilisation » , cette calamité purement chimique, sans retenu, c’est le déclin en chute libre.

Tandis que dans les pays encore nature la vie est sauvage mais rassurante, dans les quatre coins du monde on cherche la boussole mais ne la trouve pas. Voilà pourquoi tout ce branle-bas, car les  »grands » de ce monde l’ont perdue.

Qui aurait cru qu’un jour la vérité sur le mensonge se révélerait avec autant d’acuité ? Quoique le mensonge soit reconnu depuis la fondation du monde comme une réalité incontournable, il était difficile de prévoir qu’il finirait ses jours en s’emportant avec autant de dégâts.

La vérité, celle qui a si fièrement tout créée, nous ayant inspiré chacun de sa valeur suprême et universelle, Alpha et Oméga, se prononçant avec tant de précision, il n’était pas prévu qu’elle commencerait par le haut. Habituellement quand on pense au désastre c’est toujours à partir du bas que l’on s’attend à le sentir ; mais, en ce qui nous concerne toutes et tous, on voit l’écroulement de l’édifice humain, l’ordre social, le concept des valeurs, tout cela s’effrite et tombe comme un château de carte qui s’empile pour faire un amas d’ordure brillant et répulsif.

Il fut un temps les plus savants diraient « Que faire » ? Aujourd’hui il n’en est plus question. Le temps n’est plus au questionnement ni à la littérature. On se sauve ou on crève. Malheur à celui qui s’improvise charlatan et propose des solutions de rechange pour la continuité à l’intérieure des frontières hégémoniques. Il est devenu paradoxal de considérer une quelconque cohabitation entre le Nord et le Sud, après la fuite de ces informations ouvertes sur les intentions du Nord d’opérer à cœur ouvert un sud trop fatigué de subir des chirurgies depuis la nuit des temps. Il n’y a plus de doute sur les intentions de part et d’autre, la séparation de corps est voulue, le divorce est quasi prononcé, et les jeux sont faits. Au point où en sont les choses, le bal des chats auquel les souris sont habituellement copieusement invitées, pour le plaisir du palais : ce bal ne se fera plus car les souris ont compris l’astuce et décident de ne plus faire acte de présence. Anxieusement, Il reste à savoir si celles-ci, souris étant, n’ayant point de repère ne se donneront les mêmes prétentions et ne feront la gaffe de manifester leur conscience, en fêtant avec arrogance dans leur nouveau costume, bien imbu de leur probable et nouvelle identité.

Ne serait-il pas suffisant d’être assez humble, pour laisser au temps le soin de fixer les responsabilités et de corriger une fois pour toutes les graves déviations mentales de l’être humain en général ?

De ce fait, ne serait-il pas prudent d’observer en attendant un grand écart contre tout ce qui est à venir et garder sa mise pour au moins trois siècles de suite.

Un « tiens » vaut mieux que deux « tu l’auras ». Quelques gorgées de tafia et/ou de rhum Barbancourt ne feraient aucun tort.

Pour être plus tranquille, remplaçons tout simplement le gin, la vodka, le whisky et tout le tralala par une bonne trempée.

Bienvenue chez vous sur la terre des ancêtres, pour le reste du temps.

Je Plaide

30 Juillet 2020

Mike Joseph