EN VEUX-TU, EN VOILÀ

 

 »EN VEUX-TU, EN VOILÀ »

Tel doit être le choix définitif de l’opposition haïtienne. Sinon qu’elle se la ferme et laisse au peuple haïtien la volonté ou le droit de décider de son avenir.

Faire croire que quelque chose de bon sortira de sa politique, après tant de tâtonnement, cette opposition aujourd’hui ressemble plutôt à un réseau mouchards voués à la diversion. Des années se sont écoulées, alors que plus çà va plus c’est le même refrain, et même bien pire qu’avant. D’où le résultat que voici: la classe politique entière a perdu la confiance de la population. Depuis l’échec des dernières manifestations, les tenants du pouvoir ont compris qu’ils n’ont point de vis-à-vis et s’assurent qu’ils peuvent faire ce qu »ils veulent avec si peu de moyens.

L’espoir de voir un jour ce leader charismatique sortir des rangs de l’opposition est devenu le pire cauchemar que connaissent les générations depuis la chute de Jean Bertrand. Avec un seul mot, celui-ci savait mobiliser tout le pays : « macoute pa ladanl ». Et de cela, comme l’éclair, c’en était fait de l’existence des hommes en bleu du régime duvaliériste.

Aujourd’hui, avec quelques mercenaires à sa solde, en l’absence de ce leader tant attendu, le locataire du palais national jouit de la faiblesse de cette opposition et laisse l’impression qu’il est fort et puissant. Combien faudrait-il de temps pour en finir avec ce scénario de potin, qui a déjà beaucoup trop duré, si un seul homme de l’opposition avait le courage de faire le grand saut, de prendre des dispositions réelles qui s’imposent en ces moments de revers. En un matin tout se serait accompli. Le temps est venu de reprendre et de revisiter les moyens qui ont conçu la gloire de cette nation, de celles et ceux qui ont marqué l’histoire. Je revois en mémoire le silence des rues, lorsque chaque matin à 8h pile il fallait saluer la montée du drapeau national. Je me sentais homme, malgré tout le prix à payer pour cet instant de fierté ; Que de courage, lorsque des leaders politiques et culturels dénonçaient ceux qui opprimaient ouvertement les haïtiens, comme cela se fait encore aujourd’hui mais avec plus d’arrogance et de mépris de leur part (shithole) .

Il est temps que se taisent les hommes de l’opposition, et qu’ils agissent selon les besoins du moment. L’ordre de sortir sans délai le locataire du palais national doit venir per fas et nefas. De quelqu’un qui aurait les moyens de sa politique. Que l’opposition désormais désuète cesse de proposer des solutions bidons au pays. Cette opposition truffée de caméléons et de politiques, mis en solde par les ennemis de la liberté, dont la structure est montée et organisée pour faire échouer les œuvres démocratiques et révolutionnaires, est à mettre au rancart parce qu’elle est aussi au service des patrons du statu quo. Nous avons fini par comprendre que ni l’opposition ni le pouvoir ont tous les deux les mêmes chefs.

Parmi les hommes et les femmes de bonne volonté, ceux et celles qui essaient d’agir dans le bon sens sur le destin du pays mais qui font malheureusement partie de cette opposition comme seule structure politique qui se prononce contre tout pouvoir dans le but de récupérer des miettes à défaut de construire un pouvoir au service de la nation, le temps est venu pour vous de dire  »Adieu » à ce théâtre, cette comédie tragique; et de prendre le train de la mesure exceptionnelle. Cette structure actuelle appelée  »opposition », faisant elle aussi partie du système global de déchéance politique, sociale et économique, elle ne mérite plus vos considérations. Retrouvez vous en DEFI, dans la voie du salut politique de toutes les générations.

Bienvenue ! à toutes et à tous, dans l’option choisie, la voie de régénérescence pour vous les vrais fils et filles de cette nation en grande difficulté, en situation de chaos.

29 Août 2020

Mike Joseph