NE VOIR QUE DU CIEL, UN PRIVILÈGE DIVIN

NE VOIR QUE DU CIEL, UN PRIVILÈGE DIVIN

Les grands de ce monde ne regardent que la terre et tout ce qu’elle renferme; les grands de l’autre monde regardent le ciel et la terre, et tout ce qu’il offre d’absolu.

Ne plus voir de fatras, plus de bruits assourdissants ; loin des yeux jaloux, hors de portée, plein de salut, déjà à mille lieu du royaume, rien ne vaut plus que l’appel vers l’infini.

Voici la posture d’un élu au regard du vilain, de l’insensé qui ne regarde que l’horizon, ses attraits, ses objets et leurs contours, pour jouir de tout dans ce monde perdu. Il ne voit à la limite que son nombril gonflé, lui rappelant toujours qu’il n’est pas sorti de l’auberge. Un sort qu’il se donne malgré millions et palais.

C’est ici la fatalité des renards habillés en homme, dont le sourire imite celui du chien, le vrai ami de l’homme, pour amadouer ses proies. Au détour, ils enlèvent le masque et se révèlent incapables de matérialiser ce sentiment noble du chien, que plein d’humains ne connaissent point. La grimace d’une hyène ne vaudra jamais le sourire d’un chien. Sa grimace dangereuse et fatale ne pourrait être l’égal de l’expression amicale et sincère d’une race aussi noble que celle de notre meilleur ami. Toute allure mitigée exercée par un renard, connu pour sa ruse légendaire, finit par le trahir même quand elle est camouflée sous la peau d’un rabbin.

Le paradis est fait de ciel. Expliqué dans toutes les langues il se révèle à peine aux vivants qui aiment et connaissent les bienfaits de la divinité. L’aura majestueuse ou invisible que portent les anges est une couronne, une auréole de grâce, de pardon et de vertu, qu’ils partagent avec leurs pairs et ceux qui se prêtent avec obéissance au vœu d’initiation offert dans la pratique de la bonté.

 »Cherchez le royaume des cieux et tout le reste vous viendra par surcroît. » n’est pas un vain rosaire. Quelle convocation de fortune, quelle révélation offerte par le divin et mise en selle adroitement, lorsque celui ou celle qui a le cœur pourpre s’y laisse pénétrer et emporter.

Y aura t-il un jour, seulement le paradis pour toutes et pour tous, sans autre forme de procès ?

« Venez à moi vous qui êtes fatigués et chargés, je vous donnerai du repos. » : Ne cherchez pas ailleurs, c’est là le paradis.

Aucune religion ne peut vous l’offrir, sauf l’Esprit-saint en dispose à l’infini.

Bienvenue ! au paradis.

 

19 Septembre 2020
Mike Joseph