PETROCARIBE, Gain ou perte pour les indexés

« Malheur à celui par qui le scandale arrive. »

A jamais ces noms, ceux et celles qui ont dilapidé ces fonds, seront méprisés et honnis par les générations de tous les temps.

Les mesures, par voie de conséquence, applicables dans de tels cas ne sont pas simplement d’ordre judicaire, elles sont de tous ordres. Déjà elles se manifestent inextricablement contre les plus connus de ces renégats. Quand la justice des hommes fait fi des cris d’une nation, celle qui a créé le ciel et la terre répond à ces cris par une manifestation plurielle et une dimension cosmique qui dépasse l’entendement. C’est pourquoi bien souvent on se pose des questions sur les châtiments que subit un tel ou une telle sans pouvoir trouver de réponse à ces questionnements.

Dévolues aux accusés par affiliation, Incapables de les poursuivre, les dilapidateurs ; les autorités haïtiennes et même quelques mercenaires de l’Internationale se trouvant partie prenante de cette vaste combine contre un peuple déjà trop affamé, ils finiront tous dans la géhenne un jour ou l’autre. le plus connu d’entre tous ne peut plus se balader comme il savait le faire avant, sous peine d’invectives de tout genre. Et les risques de subir une attaque mortel sont très élèves et tellement présents pour cet individu qu’il n’ose plus se montrer ouvertement au grand public. De toute façon les recettes ne sont plus ce qu’elles étaient autrefois. Mesdames et messieurs X, Y, Z sont en cavale et ne trouvent pas le repos de l’âme, car l’avenir ne peut garantir l’impunité. Leur conscience ne dort plus tellement les affamés de ces crimes sont nombreux à exposer leur dénuement comme conséquence absolue de ces 4.8 billions de dollars volatilisés. Cet argent qui leur était destiné serait en train de pourrir ou de se perdre, tel que la loi le prévoit.

J’oserais demander à chacun d’oublier cette histoire, tellement elle fait mal à l’esprit, sachant aussi que le tourment ne se trouve pas seulement de notre côté mais qu’il fait encore plus de dégâts du côté de ces nouveaux riches. Mais je me garde de partager cette opinion qui aurait sans doute causé des critiques et des remous acerbes. Étant victime moi aussi des circonstances, je ne peux prétendre l’être autant que la grande majorité, mais je le suis assez pour comprendre l’état d’âme de la population.

Pour longtemps encore la nation se souviendra de ce macabre épisode, de cette grande mésaventure. Douloureusement les enfants et les petits-enfants de ces misérables, les auteurs de cette page sombre de notre histoire, jusqu’à leur cinquième génération ils auront toutes et tous à souffrir de la portée de cette action. En un mot c’est le cas de parler d’affliction générale, à court, à moyen et à long terme.

Personnellement j’ai pris la disposition de ne plus invectiver qui que ce soit, j’essaierai au moins, car j’estime qu’ils, les auteurs de ce crime, ont et auront pour l’éternité assez de peine à supporter. Le poids de leurs méfaits est dix fois plus lourd que celui des 15 millions d’hommes, de femmes et d’enfants dépouillés de ce précieux bien.

De ce nombre d’affligés, parmi lesquels vous et moi nous sommes les moins touchés, souhaitons leur bonne route sur les rails de l’enfer.

Du cloison de mes peines j’aurais aimé leur passer mes faibles béquilles, à celui ou celle qui les voudrait, mais Dieu m’en empêche et me demande de garder la réserve.

 

Je Plaide

09 Décembre 2020

Mike Joseph