VOYAGE DE RETOUR VERS LE PARADIS

Du ciel à la terre, personne ne sait la distance parcourue, le temps d’arrivée, ni de quoi étaient faits le parcours et l’horizon.

Prétentieusement, tout le monde se plait à dire et à croire que l’origine de l’homme se trouve dans le ciel.

Attiré par l’inconnu, le terrien, l’homme, cet éternel insatisfait, se donne des ailes et voyage constamment vers des lieux interdits à la recherche d’une autre vie qu’il croit devrait être mieux que celle qui lui est gratuitement et gracieusement donnée. Cet aspect imparfait ou incomplet de sa nature le porte à pécher contre l’Esprit universel, celui par lequel il a pris naissance et est devenu l’être le plus doué et le plus autorisé à percer les mystères de la création. En même temps, il exploite à outrance tout ce qu’il découvre sans se soucier de son épuisement et des conséquences de ses actes dans l’univers. Cet animal rongeur, le plus dangereux de toutes les espèces, n’a pas fini d’endiguer, et tant qu’il fait face à un défi autant il s’arrange pour creuser, jusqu’au jour où il finira par disparaître comme tous les animaux qui dans le temps ont disparu sans raison apparente. Du train où vont les choses, le moment est arrivé pour que les non-sorciers, ceux et celles qui veulent garder les deux pieds sur terre, redéfinissent le but réel de l’existence et trouvent leur paradis qui ne saurait être nulle part ailleurs que là où l’on se trouve, sur la terre, car de l’enfer au paradis il n’y a qu’un pas.

Celui ou celle qui cherche le paradis et ne le trouve pas encore devrait se nettoyer le cerveau dont, selon la science, le côté gauche est distinct du côté droit. En effet, par la grâce du ciel, cet illustre inconnu, le ciel, en dehors de la science, un cerveau bien placé est séparé d’une frontière qui mène tout droit, en moins d’une (ième) de seconde, l’espace d’un éclair, soit au paradis, soit en enfer. Malheureusement, la notion virale qu’il existe un enfer est venue s’installer dans la vie depuis que le sujet humain a entrepris de se classer premier parmi les animaux, du fait qu’il détient le monopole de la violence. Si le lion, le roi des animaux (pourquoi ? nul ne le sait vraiment) ou la fourmi, avait la capacité de soumettre l’homme à leurs caprices, l’un ou l’autre serait reconnu lui/elle aussi premier-ère d’entre tous. Du coup, la notion de force est la seule équation qui détermine la supériorité de l’un par rapport à l’autre.

Être Doué d’une certaine tendance ou fonction ne signifie pas que l’on a un chromosome en plus. Cela invite tout simplement à reconnaître la complémentarité et les différences entre les êtres, au bénéfice de tout pour une harmonie parfaite de la création. Par quelle magie les animaux de la terre, incluant l’homme, se sont-ils dotés de réflexe assassin et rongeur au détriment des leurs et de la création; il faudra attendre le jour du jugement, avant et après la mort, pour connaître la réponse. Car la nature ne l’a pas voulu ainsi.

Pour se faire une idée du paradis, il suffit de traverser la frontière du cerveau, s’installer dans la partie demeurée vierge, noble, immaculée, inviolable et sereine. C’est facile comme bonjour quand on est conscient de sa valeur et de sa place unique octroyée par l’Architecte universel. Soyez averti qu’une fois après avoir traversé le mur transparent qui octroie le passage, qui s’élève jusqu’au ciel, d’où rien ne ressort ou ne retombe, le pont entre le paradis et l’enfer est coupé.

Sur ce, Je vous invite à me suivre au paradis, le paradis où tous nous sommes nés, mais que nous ignorons.

 

Je Plaide

17 Janvier 2021

Mike Joseph