JOVENEL ET MARTINE PRISONNIERS DU PALAIS NATIONAL

CE QUE PENSE DEFI DE JOVENEL MOÏSE

et de la situation socio politique en Haïti

Pendant que tous se préparent au pire, que plus d’un pensent que la situation en Haïti dépend de Jovenel Moïse, qu’il suffirait d’une déclaration de sa part, de sa volonté de partir pour libérer le peuple haïtien de ce trépas, ouvrons une parenthèse et regardons de plus près ce qui pourrait nous échapper, au cas où il y aurait éventualité de kidnapping interne exercé sur les personnes de Jovenel et Martine Moïse. Il s’avère possible que Martine et Jovenel Moïse soient prisonniers d’un gang du palais national, à la solde des caïds en puissance dans la République qui auraient trop à perdre si celui-ci déciderait de laisser le pouvoir. Ce qui signifierait pour nous la fin d’un chapitre, signifie pour eux : une mort certaine ou tout au moins la fin d’un règne, qu’ils seraient conduits au pénitencier national ou à la cour internationale de justice (CIJ), siégeant à La Haye (Pays-Bas) dans le palais de la Paix; ou exécutés au père Lebrun (peine capitale), ou la prison à perpétuité. Ceux-ci et celles-ci, responsables de tant de crimes durant ces dix dernières années, parmi lesquels se trouve le vol petro caribe, ils savent mieux que quiconque ce qui les attend. Du train où vont les choses, après tant de méfaits et de morts qu’ils ont causés en essayant de faire passer le temps, espérant que la nation finirait par oublier comme cela arrive habituellement, il se révèle pour eux que désormais les haïtiens ne sont plus disposés à passer l’éponge sur les actions perpétrées par les autorités établies, que s’il y a vacance au palais national, le remplaçant de Jovenel Moïse ne pourrait y accéder ou y demeurer sans avoir promis au préalable à la nation de les mettre en accusation et aux arrêts. Sans aucun doute, ils ont sûrement décidé jouer à ‘’Qui perd gagne’’. Pile ou face, triste fin pour Dracula.

Soyons sérieux, pensez-vous que Jovenel peut décider de son départ ? La situation étant ce qu’elle est, tellement grave pour Jovenel, que décider de partir ou non il sera exécuté par ses propres gardiens, tôt ou tard. Et il le sait. Croyez-moi, chers amis(es), lecteurs et lectrices, Jovenel Moïse est condamné à mort par ses anges et ne vivra pas assez longtemps pour voir la fin de son mandat, qu’il s’agit de 2021 ou de 2022.

Là où le bât blesse, c’est que le peuple haïtien est pris en otage et souffre énormément de cette macabre mésaventure. C’était décidé ainsi par celui qui a fait de Jovenel son poulain, sans lui dire de quoi il en était. Peut-être que lui non plus il ne le savait point. Quel destin !

Préparons-nous au pire. Car bientôt la république se réveillera avec un carnage dans les rues, suivi d’un autre au palais national où le couple présidentiel fera les frais d’un pouvoir qu’il n’a jamais vraiment eu.

Préparons-nous au pire. Car tant que les bandits légaux seront libres et courent les rues, la vie de chaque haïtien se trouve hypothéquée au mât de l’érosion et de l’anarchie sociopolitique, de la tourmente économique élevée. Le tout engendré par un seul homme : il se nomme monsieur carnaval, « sak pa kontan anbaké. »

 

03 Février 2021

Mike Joseph