SERAIT-IL EXAGÉRÉ DE DIRE…

SERAIT-IL EXAGÉRÉ DE DIRE QUE DEPUIS LA CRÉATION DU DRAPEAU NATIONAL AUCUNE BONNE NOUVELLE N’EST VENUE D’HAÏTI.

Oh non ! Je m’en excuse, il y en a eu : la percée fulgurante de l’ambassadeur haïtien auprès des nations unies, l’honorable Émile St-Lot, lorsqu’il a donné son vote à la Libye, qu’il est notamment connu pour être signataire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme adoptée par l’ONU en 1948, et pour s’être engagé dans l’indépendance de nombreux pays. Aussi, le but d’Emmanuel Sanon contre l’Italie sous la brillante passe de Philippe vorbe en 1974 ; euh ???

À force d’y réfléchir j’arrive difficilement à en trouver d’autres.

Nous entendons par bonne nouvelle quelque chose qui élève l’âme et le prestige de tous les haïtiennes et haïtiens sans possibilité de controverse ou de partisanerie. Si la liste est trop maigre tout un chacun a le droit de la grossir tout en respectant scrupuleusement le critère de référence mentionné dans le paragraphe précédent.

Comment vouloir obtenir appréciation et légitimité lorqu’un pays n’arrive pas à proposer au reste du monde des valeurs qu’il aurait dû se créer pour soi-même. Même pour faire des élections notre pays demande et soupire l’assistance des autres. Dans de telles conditions n’y a t-il pas lieu de mesurer la valeur réelle des politiques et des dirigeants qui se veulent les seuls aptes à convoiter les sièges électoraux ?

Dans un élan de DEFI, en un seul mot, dans le sens des conquêtes historiques, légendaires, libératrices et sacrées, jurons de prendre en main les exploits immortels des vainqueurs de vertières, dans l’humilité, dans la simplicité, en reconnaissance à leurs noms : liberté. Car, pour accéder à l’indépendance d’Haïti et à la souveraineté nationale, aucun de nos pères n’avait sollicité l’aide étrangère. Au contraire, ils en ont offert à ceux qui en avaient besoin. N’est-il pas temps de reprendre et d’allumer ce flambeau éteint depuis la mort de l’Empereur. Il n’y a rien de contradictoire à vouloir continuer par l’esprit ce dont on a hérité en bonne et due forme, après la capitulation des occupants esclavagistes de l’histoire.

Haïti demeure la terre sacrée de la liberté quel que soit le prétexte utilisé. La force, l’ingérence et les complots de toutes sortes ne feront pas tarir l’élégance de 1804. Tant que flotte un seul drapeau noir et rouge, que chaque haïtien devrait avoir chez soi ou dans son coeur, même quand les alternances démagogiques forcent à saluer le bleu singulier ou celui rempli d’étoiles, la souveraineté sera la boussole du présent et de l’avenir.

Vive la GRANDE CONFÉRENCE NATIONALE HAÏTIENNE, ce langage trop bien compris par les thuriféraires qui s’objectent sans le dire ouvertement à sa realisation, mais qu’ils savent que la compétence et les vertus haïtiennes brilleraient dans toute leur splendeur lors de ces assemblées. Le jour viendra. Le flambeau est de nouveau rallumé.

UN SEUL PEUPLE, UNE SEULE NATION, UN SEUL ESPRIT: HAÏTI.

Je Plaide
14 Août 2021
Mike Joseph