DE FOSSÉ À MARÉCAGE

DE FOSSÉ À MARÉCAGE

De fossé à marécage les entrées du palais national d’Haïti sont en tranchées inaperçues, recouvertes de gazon vert ou brun, où s’enterrent les appelés, les fraudeurs et même les élus. Ses hôtes les uns après les autres ne reviennent jamais, vivants ou morts, raconter leur calvaire tant ils en ont connu. Du dehors on sent le piège et se pose des questions sans comprendre pourquoi meurent les aspirants ainsi que les occupants, à vouloir faire d’un siège un lieu de forte mémoire. De ceux-ci, appelés et élus, tous espèrent que viendra un jour celui qui lèvera le DEFI et sortira indemne dans cette fosse aux lions. S’il en sortira un, on placera sur son front une couronne d’émeraudes et d’étoiles si brillantes qu’il sera lui-même aveuglé de trésors. Souriant à ses pairs il leur dira qu’enfin ce trésor retrouvé se partage avec tous. Aussi il leur dira : remplissons pour toujours de pierres géantes les chemins et contours recouverts de gazon, ce gazon trompeur où nos pas se consument et laissent des traces de cendre empilée dans un coin que nul ne se soucie d’enlever. Son discours menaçant se résume à ceci : « Plus jamais il n’y aura de deuil, que pour celui qui ose s’y aventurer sans mesurer ses bonds, sans prendre pour acquis les efforts consentis de chacun ». Ainsi, « Je jure devant Dieu et devant la nation d’en être le gardien… » ne sera plus dit en vains mots ni d’élan stérile, faisant du terme « à vie » un malaise sonore; mais s’ajoutera plutôt dans le jargon du temps et sera désormais le slogan national chanté par toutes et tous dès que la voix s’élève.

Le vide une fois comblé le festin se prépare, les raras se rassemblent, commencent les défilés.

VIVE LA RÉPUBLIQUE !

19 Octobre 2021
Mike Joseph