CES BIPÈDES DES BREBIS CÉRÉBRALES

CES BIPÈDES DES BREBIS CÉRÉBRALES
Peut-on élaborer et implémenter un plan de sauvetage national avec la clientèle politique du pouvoir et de l’opposition en Haïti ?


Tout compte fait, a priori la réponse à cette question n’invite pas à la réflexion. Mais par respect pour telle entité qui se démarque du nombre des polluants, aussi minime soit-elle, par le verbe et par l’action son rayonnement sert de guide et de canevas dans le processus de continuité que requiert l’engrenage politique, en vue de crever l’abcès et d’aboutir à une certaine normalisation de l’exercice en cours. A notre avis, sans en douter, il existe un grand nombre d’haïtiens et d’haïtiennes qui se tiennent loin de la politique, à l’écart de tout. Le vide constaté ne dit pas tout.
Il n’est pas donné à tous d’avoir des couilles pour participer à la danse des bipèdes mécaniques choisis sur le vif pour dévier l’action humaine. Un fait est certain, heureusement; ils sont plus nombreux celles et ceux qui se respectent, que ceux qui n’ont cure de l’importance du drapeau, noir ou bleu, et se donnent corps et âme aux éternels ennemis du peuple haïtien. Les classés résiduels de Toussaint et de Dessalines sont encore plus vivaces, plus enracinés que l’évidence ne le montre. S’ils sont forts et puissants, les bipèdes haïtiens à la solde des rois conquérants faisant d’Haïti l’Armageddon des temps modernes, ils ne seront jamais les vainqueurs définitifs, car  »nos racines sont profondes » et seront toujours plus nombreuses. Ces brebis bipèdes, enfantées et soignées par de faux bergers, ont atteint le niveau d’écervelés; ce qui permet de les assimiler à des kangourous habillés pour la circonstance. Qu’ils s’entre-tuent, on n’aura même pas à se chargera de leurs dépouilles.

Gare aux trompés, aux impénitents, aux imprudents et aux imbéciles qui pensent pouvoir sonder les Jovis estampés au fer de l’irascible. Notre souffrance est séculière, tandis que la vôtre est de cramoisi apocalyptique, source de malheur infini, et le restera éternellement. Le temps viendra sous peu, vous le sentez déjà et nous le sentons tous, que vos veines qui fléchissent ne pourront plus vous garder debout. Très bientôt à genoux, vous supplierez le ciel pour que les anges viennent soulager vos souffrances et vos malheurs. Faites places vides ! Laissez la voie libre aux prédestinés « …Ceux dont le cœur est bon, ceux dont les jours sont pleins… »

Je Plaide
14 Novembre 2021
Mike Joseph