C’EST FOU DE CROIRE QUE L’EXIL N’EST PAS UN CADEAU

C’EST FOU DE CROIRE QUE L’EXIL N’EST PAS UN CADEAU

Comme dirait Untel : « En quoi çà dérange« ?

Celui qui parle ainsi est l’un de ces gonflés politiques qui font tout pour plaire au patron, comme devoir, vous forcent à l’exil et vous condamnent à y rester pour le reste de votre vie.
En faisant d’Haïti ce qu’il est devenu,

un point de passage où d’arrivée en enfer pour nous, tandis que pour eux il est un paradis fiscal; L’exil en comparaison est un purgatoire. En un mot, une fois que nous ayons traversé l’océan, nous sommes tous des exilés.

Les conditions dans lesquelles la société haïtienne se trouve maintenue forcent les haïtiens à quitter leur pays. Ce n’est pas pas dû ni au hasard, ni à l’incompétence comme on voudrait nous le faire croire. Au contraire, c’est de bonne guerre pour eux, avec beaucoup de compétence, que les autorités haïtiennes entreprennent de maintenir le statut quo pour que toujours la roue tourne dans le sens adverse. Haïti, ce paradis terrestre, doit demeurer la chasse gardée des dieux de la terre.

C’est avec eux qu’Haïti est devenu un enfer. Avant leur arrivée, du temps des taïnos, c’était le jardin d’éden, une corbeille idyllique, rempli de roses sans épines. Ce jardin multicolore attirait tous les oiseaux du ciel, les anges et les saints. Lorsque sont venus les anges d’Afrique, la terre d’Ayïti à cette époque gardait encore ses couleurs, sa vocation et son souffle mystérieux. Hélas ! la terre entière étant le domaine de Satan, la bête a vite fait de récupérer son bien; et, malheureusement, il était déjà trop tard pour les enfants d’Afrique de refaire le trajet, pour retourner chez eux. Ainsi, nous sommes tous condamnés/es à nous battre pour survivre, à demeurer captifs ou à nous exiler. Car les maîtres de la terre, toujours en guerre contre le Tout puissant, faute de pouvoir vivre au paradis, veulent en faire un purgatoire.

Malheur à celui qui persiste à croire que son bonheur est sur terre. Fuyez autant que vous le voulez ou le pouvez, jusqu’à ce que les anges ou de les saints, qui nous savent prisonniers, viennent nous enlever des griffes de l’Aigle en puissance.

Je Plaide
10 Décembre 2021
Mike Joseph