A PROPOS DU SOMMET DE L’UNITÉ HAÏTIENNE

À PROPOS DU SOMMET DE L’UNITÉ HAÏTIENNE
Que peut-on espérer de la rencontre en Louisiane projetée pour la semaine du 13 au 19 janvier 2022 ?

 

Certainement c’est une belle initiative. Pourtant, encore une fois, un lapin sortira du chapeau.

Au lieu de parler de « Conférence Nationale« , ce niveau de traitement qui inquiète les patrons, les donneurs de leçons trouvent toujours le moyen d’inventer un nouveau titre, une nouvelle approche qui attire les moins doués, isole les plus déterminés et recule de coudées l’ultime alternative qui permettrait de sceller des accords entre les fils de la nation haïtienne. Drôle de coïncidence, avant que commence le sommet de l’unité haïtienne de la Diaspora, un Émissaire américain, et pas des moindres, fait son entrée sur la scène et réunit des voix à l’intérieure d’Haïti qui rejettent d’un revers de la main ce sommet. Là encore, la division s’installe entre l’intérieure et l’extérieure, au bénéfice des étrangers qui demeurent le régulateur des décisions imposés aux haïtiens. C’est toujours le même scénario qui se répète, et, malheureusement, il y a toujours des fanfarons, des naïfs, comme je l’ai déjà été, qui embarquent et foncent sans se référer à l’histoire. Pour leur gouverne, faisons la remarque sur un détail qui se passe de commentaire. À chaque arrivée et sortie d’un envoyé spécial des États-Unis en Haïti, l’un des ou le patron du « Core Group », le pays est mis sous coupes réglées. Le dernier en date, sous un régime comme celui de feu le docteur François Duvalier, aurait été reconduit à l’aéroport et expulsé vers son lieu d’origine, pour complot contre la sûreté de l’État. Étant donné que l’État haïtien n’existe plus, cet énergumène qui a déjà causé assez de tort au pays, y revient et est reçu en ayant droit, comme si les haïtiens avaient déjà oublié son rôle de défenseur de con, cet déculotté devenu président haïtien et détenteur de plusieurs passeports étrangers. Porteur de messages irrévocables, cet Émissaire en question est venu préparer sans aucun doute la réélection frauduleuse de son protégé, au nom des intérêts supérieurs de son patron, le plus cher ami d’Haïti.

Qui de ce « sommet de l’unité de la Diaspora » oserait soulever un tel débat ?

À force de vouloir paraître l’haïtien oublie qu’il est le dépositaire d’une nation libre et indépendante, et va paître chez le voisin comme un mouton égaré, tandis que l’herbe de son pâturage serait beaucoup plus appétissante s’il s’en était occupé. Cette déformation est due à la colonisation qui au fait se renouvelle à chaque instant de réveil du côté des plus vulnérables et des plus exploités.

Mesdames et Messieurs, sachez qu’en dehors de la Grande Conférence Nationale Haïtienne, inutile d’ajouter souveraine puisqu’elle y est automatiquement déjà inscrite dans la charte mère, toute initiative ou tout exercice d’entregent ne fait que retarder l’échéance de la mainmise étrangère sur Haïti. L’avenir dira le reste.

Je Plaide
08 Janvier 2022
Mike Joseph