DEFI structure / École de pensée

DEFI
structure

École de pensée, de gestion et d’action politiques

Là où le politique apprend à bien faire et à mieux faire

 

Pensée politique
Rebâtir Haïti : Afin de répondre aux exigences de l’heure et aux nécessités conjoncturelles, l’option structurelle recommande les grands moyens à prendre en vue de replacer Haïti sur la carte des pays émergents. Toutes les villes d’Haïti devraient faire l’objet d’une politique d’assainissement, de reconstruction, d’urbanisation, de rajeunissement, de modernisation et de capitalisation. L’État haïtien et ses partenaires devraient racheter toutes ces propriétés, ce qui donnerait une poussée économique aux propriétaires et du même coup réglerait le problème foncier de cette zone affectée depuis trop longtemps par un déficit énorme de droits légaux. Une fois réalisée, l’acquisition de ces villes par l’État haïtien permettrait à celui-ci de convertir ces villes en zones industrielles et touristiques, dont les retombées seraient colossales. Aujourd’hui elles ne représentent que l’ignoble, et les immondices ne font pas honneur au drapeau haïtien érigé depuis plus de deux cents ans comme symbole d’un pays qui a obtenu son indépendance et sa liberté. En tant que premier pays noir indépendant, Haïti se doit d’être un modèle dans tous les domaines pour l’Afrique toute entière. Or ce n’est pas le cas. Au contraire, il est devenu la risée du monde, et les africains ne trouvent point d’éloge à faire, sinon que regarder le drapeau haïtien pour se souvenir qu’ils ont eux aussi une mission à accomplir. C’est vraiment peu dire.
Une telle initiative, racheter toutes les villes d’Haïti, équivaudrait à donner le ton pour un départ honorable et articulé, mis à la hauteur de notre belle, digne, louable et incomparable histoire.
DEFI se propose d’être à l’insigne de cette démarche, et dès à présent invite les haïtiens à soutenir sa cause avant, pendant et après son arrivée, potentiellement, au timon des affaires de la première République. Cela paraît énorme et hypothétique, mais en réalité il ne l’est pas. L’État a les moyens de convaincre la population haïtienne, les entrepreneurs haïtiens et étrangers, de s’engager dans cette perspective, et à leur procurer des garanties pour un avenir brillant et prospère. Des prêts consentis auprès des haïtiens de la Diaspora et de l’international, l’expertise des ingénieurs de calibre issus des pays qui ont déjà fait leur preuve dans ce domaine, le sacrifice des uns et des autres, tout un éventail de possibilités nous permet de croire que réaliser avec succès un tel projet n’est qu’une question de volonté.

Gestion
D’un commun accord avec des firmes haïtiennes et étrangères, la gestion de ce projet serait assurée par des experts nationaux et internationaux, sous la surveillance d’organismes crédibles et reconnus en ces termes. La seule responsabilité de l’État haïtien serait de pourvoir l’accès de ces domaines , une fois rachetés, aux firmes indiquées afin que l’œuvre soit entamée.

Action politique
La taxe principale, le dollar cinquante, serait augmentée de façon considérable, et d’autres taxes et collectes sont à prévoir avant, pendant et après, de façon durable, autant que faire se peut.

Nous renouvelons notre invitation auprès de vous. Car répondre à l’appel sans plus tarder afin d’influencer le cours des événements et renverser la vapeur, ou attendre davantage que les choses se dégradent, ne dépend que de vous.

NB. Ce que vous souhaitez pour demain commence aujourd’hui.

07 Décembre 2022
Mike Joseph