IL FAUT S’ARRACHER DES GRIFFES DE L’OPPRESSEUR

DEFI
IL FAUT S’ARRACHER DES GRIFFES DE L’OPPRESSEUR
Tous les accords sont bafoués
où sont passés les Marrons ?

                          

Accord Louisiane14 janvier 2022                 Accord Montana 30 août 2021             Accord 11 septembre 2021

La conférence des ministres des affaires étrangères internationaux sur Haïti, présidé par le premier Ministre du Canada, Monsieur Justin Trudeau, avec Ariel Henry comme invité, démontre clairement les intentions de l’international de ne pas tenir compte des efforts haïtiens pour trouver une solution définitive à leurs problèmes. Comme chef de file, le Canada est en train de consolider la position de son équipe, le core groupe, qui depuis l’accord du Lac Meech en 2003 s’occupe désormais des affaires d’Haïti.

En résumé ce n’est pas Haïti l’ennemi à abattre. Pour ces ennemis de la liberté haïtienne cousue de hauts faits d’armes et d’esprits indomptables, c’est le peuple haïtien qu’il faut réduire à sa plus simple expression, jusqu’à l’éliminer complètement, parce qu’il refuse d’abdiquer face à leur maladive prétention de subordonner la race noire au préjugé de couleur, à leur folie de grandeur. Pour eux, les haïtiens ne méritent pas d’être en possession de ce paradis de la terre. N’oublions pas qu’ils ont sacrifié des milliers d’hommes, beaucoup de temps et d’argent pour se rendre jusqu’en Afrique, à la recherche de bras forts dans le but de construire leur fortune pour dominer la terre. Ils ne cesseront jamais de croire qu’Haïti les appartient. Ce sont des sangsues humaines qui se nourrissent du sang de l’homme à la peau d’ébène, comme ils le font avec les animaux qu’ils estiment précieux pour leur tendre chair. Leur appétit vorace de ne pouvoir se passer du sang de l’homme noir se traduit de toutes les façons. C’est une addiction génétique, ils sont nés ainsi, qui ne leur accorde aucun sentiment d’accord avec celui qui de loin les regarde avec compassion et les accueille avec amitié, comme l’avaient fait les indiens avant nous, qu’ils ont fini par éliminer entièrement . C’est le même sort qui nous est réservé si nous ne nous réveillons à temps de cette illusion qu’ils finiront par devenir plus humains et nous reconnaître à part entière le droit d’exister sur cette Île qu’ils croient leur.
En dernier lieu, agacés par notre résistance et notre passion à vouloir demeurer malgré tout le maître de notre destin, accord par-ci, accord par-là, ils ont dit assez et ont montré leur griffe. Tous les accords dans le fond n’étaient que prétexte et maquillage.

Face à l’évidence, il ne nous reste qu’une issue : Arracher le peuple haïtien des mains de l’oppresseur. Deux cents ans, c’est beaucoup de temps d’attente pour un peuple qui s’est donné un acte de naissance dont l’écriteau et l’encre fût forgés à partir de crâne humain. Ce sacrifice n’admet aucune naïveté ou incrédulité de la part des héritiers, fils et filles des héros de la liberté. Sommet ou accord, cela doit se faire désormais à la manière de la cérémonie du Bois Caïman, où seuls les marrons y étaient admis. Il faut sceller ce pacte une autre fois, avec d’autres marrons, ces femmes et ces hommes conséquents qui ont juré de vivre libres ou mourir.
Le rendez-vous est  »cassé », à nous marrons de décider de la date, du lieu et de l’heure.

23 Janvier 2022
Mike Joseph