POURQUOI POUTINE NON PAS SOI-MÊME

POURQUOI POUTINE NON PAS SOI-MÊME

N’allons pas par quatre chemins
En fin de compte, il est à se demander si le noir en général n’est pas né pour être esclave.
Après avoir conquis sa liberté, sans l’aide de qui que ce soit; après avoir juré de ne plus redevenir la chose du Blanc et de ses dérivés, le voici aujourd’hui oublieux de la matière opaque dont est conçu l’esprit de ces derniers, qu’il soit russe, chinois ou autre; tout à fait à genoux il implore l’aide de Poutine pour se débarrasser de ces puces blanches qui lui collent à la peau. Qu’il s’agisse de punaise ou de morpion, le fait demeure. Sous une forme ou sous une autre, ce corps étranger a besoin de sang pour se nourrir. Alors, qu’est-ce qui garantit une invasion pacifique du pubis ou des aisselles, dans une relation prétendument amoureuse, avec un autre conquérant, qu’il soit russe ou chinois ?
À proprement parler, la seule différence entre la ruse et le mensonge, l’orient et l’occident, c’est que pour un joueur d’échec la partie est plus noble quand elle est gagnée par défaut (échec et mat); tandis que pour un yankee, d’entrée de jeu, double six, gros, gras et lourd, il vous écrase de tout son poids. Pas question d’esthétique ou de finesse.
Depuis quand sommes-nous devenus des joueurs de taille pour préférer la ruse au mensonge Au domino ? Même aux dés, même aux cartes, dès qu’il s’agit de mise à table la ruse et le mensonge gagnent toujours. Entre le Blanc et le noir du domino ou des dés; entre les As, les Rois et le joker d’une main ferme ou tremblante (question d’astuce), tout profane est anéanti le temps d’un soupir. Arrêtons de faire le jeu des manipulateurs et des hégémoniques, d’être le dindon de la farce entre les deux, car entre l’enclume et le Marteau le siégeant n’y est que pour sa perte lorsqu’il y met le doigt.

L’homme noir ne devrait jamais se lancer dans les bras d’un visage pâle, se blottir contre son cœur pour se faire consoler. Se résigner à croire qu’il changera de nature est une hérésie. Il est ainsi né, pour dominer les autres qui lui servent de marchepieds. Le rouble ou le dollar ne sont que les deux faces d’une même médaille, ils ne servent qu’à dominer, d’où la puissance règne en maître.
Soumis à la nature, respectueux envers ce qui lui est antérieur, l’homme noir n’a pas fait assez de chemin, dans la neige et le froid, pour pouvoir comprendre et mesurer l’étoffe des conquérants. Celui-ci est guidé par l’appât du gain; celui-là, l’autre, n’est pas moins coriace dans son appétit de grandeur. Aussi, l’enjeu les force à maîtriser autant leurs adversaires que leurs partenaires, surtout ceux qui le deviendraient par circonstance.

Chers(ères) concitoyens, concitoyennes de mon pays, Haïti n’a de sauveur que lui-même. Cessons cette frénésie à la sauce Poutine. Reprenons confiance en nous-mêmes, comme ce fût le cas la veille des bouleversements décisifs contre l’asservissement, qui ont abouti à la création du drapeau national. Ce ne sont pas avec les armes que nous avons terrassé l’ennemi. L’esprit qui s’est manifesté en nous a produit des hommes et des chevaux de race qui, sous les boulets et la mitraille, ont créé cette patrie, Haïti, pour laquelle chaque jour des va-nu-pieds et des citoyens de toutes les catégories tombent et meurent, en criant vive la liberté. N’arrêtons pas de chercher celui ou celle qui fera à nouveau l’exploit tant attendu. Il y a parmi nous des milliers de Catherine Flon et des Charlemagne Péralte. Malheureusement, il aura fallu attendre des siècles pour que vienne un libérateur, un sauveur de la trempe de Toussaint et de Dessalines. C’est le moment de l’espérer et de le voir sortir du néant. Il est déjà là parmi nous, mais c’est notre propre incrédulité qui lui bloque le passage. N’ayons pas peur d’ouvrir notre cœur et nos bras pour l’accueillir, c’est là notre planche de salut. D’où que vienne le secours de l’autre, il ne sera qu’un mirage qui ne laissera que peine et déception. La solution n’est pas ailleurs, elle est en nous. Il suffit de ne plus regarder ailleurs.

19 Juillet 2022
Mike Joseph